www.archive-org-2014.com » ORG » J » JDP-PUB

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".

    Archived pages: 685 . Archive date: 2014-01.

  • Title: RENAULT ZOE - Internet
    Descriptive info: RENAULT ZOE - Internet.. Décision publiée le 18.. 09.. 2013.. RENAULT ZOE – 263/13.. Le Jury de Déontologie Publicitaire,.. après examen des éléments constituant le dossier de plainte,.. et, après en avoir délibéré,.. rend la décision suivante :.. 1.. Les faits.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi d’une plainte de l’association Observatoire du nucléaire, en date du 17 juin 2013, afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur d’une publicité de la société Renault en faveur de son modèle de véhicule électrique Zoé, diffusée sur le site Internet de l’annonceur.. Cette publicité présente la voiture à l’arrêt, dans un décor de rue, au premier plan duquel des personnages sont installés sur une pelouse fleurie.. Cette image est accompagnée de vignettes mentionnant.. 100 % zéro émission à l’usage.. ,.. recyclage de la batterie.. analyse cycle de vie.. En dessous-de l’image apparaît le terme.. Ecologique.. ainsi que le texte :.. On ne changera peut-être pas le monde mais on changera la ville.. Silencieuse mais pas ennuyeuse, écolo et connectée….. Zoé invente une nouvelle façon de vivre l’automobile … 0 émission de CO2, 0 particules fines, 0 Nox….. 2.. Les arguments des parties.. L’association plaignante estime que l’emploi de l’adjectif.. écologique.. ou de son abréviation.. écolo.. pour qualifier le véhicule relève de la plus totale désinformation.. En effet, tout véhicule a un impact sur l’environnement, qu’il s’agisse des matières premières et de l’énergie nécessaires à la construction, des équipements utilisés (pneus, batteries…), de la motorisation ou encore de l’électricité nécessaire à son fonctionnement, et qui est majoritairement produite par des centrales nucléaires.. L’annonceur, la société Renault, indique que la mention du caractère écologique du véhicule électrique Zoé sans aucune relativisation est, en effet, contraire aux engagements qu’elle a pris dans le cadre de l’Union des Annonceurs (UDA) en signant la Charte pour une communication responsable.. Elle fait valoir qu’elle  ...   d’impact négatif.. 6/1 Les termes et expressions utilisés ne doivent pas induire le public en erreur sur la nature et la portée des propriétés du produit ou des actions de l’annonceur en matière de développement durable.. 6.. /3 Dans le cas où il serait impossible de justifier des formulations globales (ex.. : écologique, vert, éthique, responsable, préserver, équitable, durable,…), la publicité doit les relativiser en utilisant des formulations telles que contribue à.. Ainsi que le reconnaît la société Renault, l’allégation selon laquelle un véhicule électrique serait.. ou.. est de nature à induire en erreur le public quant aux propriétés du produit vendu, dans la mesure où la production et l’utilisation d’un tel véhicule ont nécessairement une incidence négative sur l’environnement, quand bien même serait-elle plus limitée que celle de véhicules conventionnels.. Il résulte en outre des termes mêmes du point 6.. 3 de la Recommandation précitée qu’une publicité ne peut se borner à qualifier le produit dont elle fait la promotion d’.. ou d’.. dès lors qu’elle n’est pas en mesure de justifier une telle formulation globale.. Il résulte de ce qui précède que la publicité litigieuse méconnaît les dispositions précitées de la Recommandation.. Développement durable.. de l’ARPP.. Le Jury prend note que l’annonceur s’est mis en conformité avec ces dispositions en supprimant les mentions litigieuses et s’est engagé à l’avenir à faire preuve de la plus grande vigilance pour les respecter.. 4.. La décision du Jury.. La plainte est fondée ;.. La publicité de la société Renault pour le véhicule Zoé méconnaît la Recommandation.. Développement durable.. de l’ARPP ;.. La présente décision sera communiquée à l’association plaignante et à la société Renault ;.. Elle sera diffusée sur le site Internet du Jury de déontologie publicitaire.. Délibéré le vendredi 6 septembre 2013 par, M.. Lallet, Vice-Président, substituant la Présidente empêchée, et MM.. Benhaïm, et Leers.. Pour visualiser la publicité RENAULT ZOE, cliquez.. ici..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=381
    Open archive

  • Title: BOLLORE BLUE CAR - Internet
    Descriptive info: BOLLORE BLUE CAR - Internet.. BOLLORE BLUE CAR – 266/13.. Plainte fondée.. Les faits.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi d’une plainte de l’association Observatoire du nucléaire, en date du 17 juin 2013, afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur d’une publicité de la société Bolloré, en faveur de son modèle de véhicule électrique Blue car, diffusée sur le site Internet de l’annonceur.. Cette publicité présente la voiture à l’arrêt dans une rue pavée.. Cette image est accompagnée d’un texte indiquant :.. La Blue car électrique : une nouvelle ère automobile – L’avenir de l’automobile.. La Blue car représente l’avenir de l’automobile : un véhicule propre, 100 % électrique, sûr et silencieux….. Les arguments des parties.. propre.. L’annonceur, la société Bolloré, fait valoir qu’elle a entendu, par l’usage du terme propre , mettre en avant l’absence d’émission de CO2 à la différence des véhicules conventionnels.. En outre, les entreprises qui choisissent d’utiliser les véhicules Blue car ont la possibilité de les recharger  ...   de rrégulation professionnelle de la publicité (ARPP) dispose, notamment, que :.. Le Jury considère qu’il ne saurait être allégué qu’un véhicule électrique est propre , dès lors, notamment, que l’électricité qu’il utilise est également produite par des centrales nucléaires ou est issue d’énergies fossiles (gaz, charbon…) et qu’un tel véhicule n’est pas intégralement recyclable.. Une telle allégation ne peut qu’induire en erreur le public sur les propriétés du véhicule et suggérer indûment une absence d’impact négatif sur l’environnement.. Dans ces conditions, le Jury considère que la publicité litigieuse est contraire aux dispositions précitées de la Recommandation.. Il prend note que l’annonceur s’est mis en conformité avec cette Recommandation en supprimant le terme.. La publicité de la société Bolloré pour le véhicule Blue car méconnaît les dispositions de la Recommandation.. La présente décision sera communiquée à l’association plaignante et à la société Bolloré ;.. Délibéré le vendredi 6 septembre 2013 M.. Lallet, Vice-Président, substituant la Présidente empêchée et MM.. Benhaïm et Leers.. Pour visualiser la publicité BOLLORE BLUE CAR, cliquez..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=382
    Open archive

  • Title: CITROEN C ZERO - Internet
    Descriptive info: CITROEN C ZERO - Internet.. CITROEN C ZERO – 262/13.. Plainte fondée.. après avoir entendu la représentante de la société Automobiles Citroën,.. et, après en avoir délibéré, hors la présence des parties,.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi d’une plainte de l’association Observatoire du nucléaire, en date du 17 juin 2013, afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur d’une publicité de la société Automobiles Citroën, en faveur de son modèle de véhicule électrique C-Zéro, diffusée sur le site Internet de l’annonceur.. Cette publicité présente la voiture à l’arrêt sur un sol blanc et accompagnée de différentes indications relatives aux propriétés du véhicule.. Le titre du texte est.. Citroën C-Zéro – Véhicule écologique C-Zéro.. , le texte lui-même commençant par Véhicule écologique, Citroën C-Zéro….. L’association plaignante estime que l’emploi de l’adjectif écologique pour qualifier le véhicule relève de la plus totale désinformation.. En effet, tout véhicule a un impact sur l’environnement, qu’il s’agisse des matières premières et de l’énergie nécessaires à la construction, des équipements utilisés (pneus, batteries…) et de la motorisation ou encore de l’électricité nécessaire à son fonctionnement, et qui est majoritairement produite par des centrales nucléaires.. L’annonceur, la société Automobiles Citroën, fait valoir que la publicité litigieuse figurait sur une page cachée inaccessible à partir de son site Internet et  ...   globales (ex.. Ainsi que le reconnaît la société Automobiles Citroën, l’allégation selon laquelle un véhicule électrique serait écologique est de nature à induire en erreur le public quant aux propriétés du produit vendu, dans la mesure où la production et l’utilisation d’un tel véhicule ont nécessairement une incidence négative sur l’environnement, quand bien même serait-elle plus limitée que celle de véhicules conventionnels.. 3 de la Recommandation précitée qu’une publicité ne peut se borner à qualifier le produit dont elle fait la promotion d’ écologique dès lors qu’elle n’est pas en mesure de justifier une telle formulation globale.. Il résulte de ce qui précède que la publicité litigieuse méconnaît les dispositions précitées de la Recommandation Développement durable de l’ARPP.. Le Jury prend note que l’annonceur s’est mis en conformité avec ces dispositions en supprimant toute référence à un véhicule écologique et s’est engagé à l’avenir à faire preuve de la plus grande vigilance pour les respecter.. La publicité de la société Automobiles Citroën pour le véhicule Citroën C-Zero méconnaît la Recommandation Développement durable de l’ARPP ;.. La présente décision sera communiquée à l’association plaignante et à la société Automobiles Citroën ;.. Délibéré le vendredi 6 septembre 2013 par Mme Michel-Amsellem, Présidente, M.. Lallet, Vice-Président, Mme Moggio et MM.. Benhaïm, Carlo, Depincé, Lacan et Leers.. Pour visualiser la publicité CITROEN C-ZERO, cliquez..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=383
    Open archive

  • Title: NAUTILUS - Presse
    Descriptive info: NAUTILUS - Presse.. Décision publiée le 30.. 08.. NAUTILUS – 269/13.. Après examen des éléments constituant le dossier de plainte,.. et, après en avoir délibéré dans les conditions prévues par l’article 12 du règlement intérieur,.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi, le 10 juin 2013, d’une plainte de l’Association Chancegal et de sa cellule de veille médiatique Alerte Sexisme 974, afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur d’une publicité en faveur de la société Nautilus, agence de communication.. La publicité en cause, diffusée par voie de presse, dans le magazine Presse et Communication, montre la photo d’une femme nue, se tenant de trois quart, sans que l’on puisse voir le haut de son visage.. Son dos porte l’inscription.. Quand nous créons un concept nous créons un avenir.. Sur ses fesses est apposé un flash code portant l’adresse du site internet.. www.. nautilus.. fr.. L’association plaignante fait valoir que cette publicité porte atteinte à la dignité de la personne humaine.. Elle précise que, créée en 2001, elle a pour mission de promouvoir l’égalité des chances entre les femmes et les hommes à La Réunion dans les domaines de la vie professionnelle, quotidienne et citoyenne.. Elle indique que l’enquête nationale sur les violences envers les femmes à la Réunion, publiée en 2003 par les services de l’Etat (DRASS de la Réunion et Département),constate que dans ce département plus d’une femme sur cinq a subi au moins une forme de violence dans un espace public au cours des 12 derniers mois, soit plus qu’en Métropole, que les agressions physiques et surtout sexuelles dans l’espace public sont plus fréquentes, signe d’un espace public plus sexiste et que la violence conjugale y est plus élevée.. Concernant le contenu de la publicité, objet de la plainte, l’association relève tout d’abord, que la présence d’un corps de femme dénudé est sans rapport avec le produit, à savoir le talent d’une agence publicitaire et que, de plus, cette publicité offre une représentation dégradante de la personne humaine en utilisant son corps comme support.. L’association explique  ...   dialogue constructif mais qu’elle n’a pas obtenu de réponse.. L’annonceur, la société Nautilus, a été informé par courrier du 28 juin 2013 avec avis de réception de la plainte dont copie lui a été transmise et des dispositions dont la violation est invoquée.. Il a été également informé que cette affaire ferait l’objet d’un examen dans le cadre de la procédure simplifiée prévue à l’article 12 du règlement intérieur du JDP.. Avisé du courrier que lui a adressé le secrétariat du Jury, il n’a pas été le réclamer à la Poste.. Il n’a donc pas présenté d’observations.. Le Jury rappelle que la Recommandation Image de la Personne Humaine de l’ARPP dispose :.. Au point 1-3 que.. D’une façon générale, toute représentation dégradante ou humiliante de la personne humaine, explicite ou implicite, est exclue, notamment au travers de qualificatifs, d’attitudes, de postures (…) etc.. , attentatoires à la dignité humaine.. Au point 2-1 que.. La publicité ne doit pas réduire la personne humaine, et en particulier la femme, à la fonction d’objet.. Le Jury relève qu’il n’existe aucun lien entre l’objet visé par la publicité et la représentation de la femme.. Par sa tenue dénudée, celle-ci est utilisée comme un faire-valoir pour promouvoir les produits offerts à la vente par l’annonceur.. En outre, le corps de la femme est considéré comme un simple objet sur lequel il est loisible d écrire un slogan publicitaire.. Ce procédé constitue une instrumentalisation du corps de la femme la réduisant à la fonction d’objet et contrevient aux dispositions précitées.. La publicité de la société Nautilus contrevient aux points 1.. 3 et 2.. 1 de la Recommandation Image de la Personne Humaine ;.. Il est demandé au Directeur général de l’ARPP de prendre toutes mesures de nature à assurer le non renouvellement de cette publicité ;.. La décision sera communiquée à l’association plaignante, à la société Nautilus et au magazine Presse et Communication.. Elle sera publiée sur le site du JDP.. Délibéré le 26 août 2013, par Mme Michel-Amsellem, Présidente, MM.. Depincé, Lacan et Leers.. Pour visualiser la publicité NAUTILUS, cliquez..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=375
    Open archive

  • Title: AUTO+ - Presse
    Descriptive info: AUTO+ - Presse.. AUTO + – 268/13.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi, le 10 juin 2013, d’une plainte de l’Association Chancegal et de sa cellule de veille médiatique Alerte Sexisme 974, afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur d’une publicité en faveur de la société Auto +, distributeur de véhicules d’occasion.. La publicité en cause, diffusée par voie de presse, dans le journal de l’île de la Réunion, montre plusieurs vignettes de véhicules proposés à la vente au-dessus desquelles se trouve la photo d’une jeune femme blonde vêtue d’une jupe courte et de bottes montantes et portant des lunettes de soleil.. Elle est assise dans une voiture de sport, les jambes dépassant à l’extérieur.. Le texte accompagnant cette image est.. Résisterez-vous à autant d’avantages ?.. Un peu plus bas, un encart rouge comporte la mention.. Jusqu’à 4000€ de remise sur l’occasion.. La procédure.. L’annonceur, la société Auto +, a été informé par courrier recommandé du 21 juin 2013 de la plainte dont copie lui a été transmise et des dispositions dont la violation est invoquée.. L’Association Chancegal a également été informée par lettre recommandée avec accusé de réception, de l’examen de sa plainte.. Le recommandé a cependant été retourné au secrétariat du Jury avec la mention.. Pli avisé et non réclamé.. La société le journal de l’île de la Réunion, diffuseur, a été informée par courrier recommandé du 21 juin 2013 de l’examen de la plainte dans le cadre de la procédure simplifiée prévue  ...   et dépendance.. La société Auto + fait valoir que l’Ile de la Réunion fait l’objet d’un acharnement et qu’en France, les femmes sont libres de s’habiller comme elles l’entendent.. Elle précise que son activité fait vivre plusieurs familles et qu’elle transmet le dossier qui lui a été adressé à son avocat.. Celui-ci n’a pas présenté d’observations pour la société Auto + dans le délai de réponse qui avait été imparti.. Le Jury invite l’annonceur à consulter les nombreuses décisions concernant l’application de la Recommandation Image de la personne humaine publiées sur son site, ce qui lui permettra de constater que les publicités dans lesquelles un défaut de respect des principes a été relevé concernent tous lieux du territoire national et sont relatives tant à l’image de la femme, qu’à celle des hommes.. Il relève que la publicité en cause met en scène une femme, habillée de façon provocante, en minijupe et bottes cuissardes, la jupe étant relevée en haut des cuisses.. Cette représentation accompagnée du slogan R.. ésisterez-vous à autant d’avantages ?.. , donne à l’ensemble une connotation sexuelle évidente.. La publicité utilise ainsi comme faire valoir commercial une image de la femme réduite à une fonction d’objet sexuel qui contrevient aux dispositions précitées.. La publicité de la société Auto + contrevient aux points 1.. La décision sera communiquée à l’association plaignante et aux sociétés Auto + et le journal de l’île de la Réunion ;.. Elle sera publiée sur le site du JDP ;.. Pour visualiser la publicité AUTO +, cliquez..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=374
    Open archive

  • Title: MIR VAISSELLE - Internet
    Descriptive info: MIR VAISSELLE - Internet.. Décision publiée le 21.. MIR VAISSELLE – 261/13.. Plaintes fondées.. après avoir entendu les représentants de la société Henkel France,.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi, les 8 et 11 juin 2013, de deux plaintes de particuliers, afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur d’une publicité de la société Henkel France pour son liquide vaisselle Mir Secrets de soin pétales de rose.. La publicité en cause, diffusée, sur le site Internet de la marque et comme bannière, montre une main de femme qui porte au poignet un bracelet de menottes en fourrure rose, dont l’autre extrémité est reliée au flacon de liquide vaisselle.. Cette image est accompagnée du texte suivant.. Nouvel accessoire de plaisir.. La seconde plainte demande aussi au Jury de se prononcer sur une publicité parue sur le site Internet de la marque qui consiste en un.. Manifeste pour le droit des hommes à faire la vaisselle.. , libellé dans les termes suivants :.. Parce que le talent des hommes pour faire la vaisselle n’est pas reconnu à sa juste valeur, nous réclamons le droit : De nous vider la tête, voire de nous défouler, en récurant le fond d’un plat spécialement coriace • De porter un tablier qui met notre taille en valeur • D’avoir une excuse pour quitter la table lorsque la conversation devient gênante • De manger dans une vaisselle immaculée, parce l’on est jamais mieux servi que par soi-même • De s’assurer que nos fils auront un succès indiscutable auprès de la gente féminine en suivant notre exemple • de profiter d’une soirée mousse en solo • De finir tranquillement les restes de gâteau sans témoin gênant • D’avoir une monnaie d’échange pour ne pas se voir attribuer les corvées de type promener de caniche.. Vive la vaisselle libre … Vive les hommes ! Signé : L’union des hommes du XXIe siècle.. Une bouteille de produit de vaisselle portant l’inscription Secrets de vinaigre est posée, à côté de ce texte.. -.. Les plaignants font valoir que cette publicité est sexiste, car la femme, menottée, est donc condamnée à faire la vaisselle, ce qui est avilissant.. Ils soutiennent qu’il s’agit d’érotiser une corvée tout en rappelant que la contrainte incombe aux femmes.. La plainte du 8 juin 2013 ajoute que le Manifeste pour le droit des hommes à faire la vaisselle sous-entend que ce n’est pas à eux de faire la vaisselle mais qu’ils le revendiquent, et que s’ils ne la font pas, ils ne sont pas responsables de cette situation.. La société Henkel France indique qu’à titre conservatoire, elle a, le 17 juin 2013, interrompu la diffusion de la campagne publicitaire Mir Vaisselle Secrets de soin et retiré le Manifeste pour le droit des hommes à faire la vaisselle du site internet.. mirvaisselle.. , dès qu’elle a été avisée des plaintes.. Concernant le message publicitaire, elle fait valoir que sa campagne avait pour objectif de véhiculer le message selon lequel le produit Secrets de soin Pétales de rose est doux pour la peau, sent bon et rend par conséquent la corvée de vaisselle, qui en général abîme les mains, plus plaisante.. Elle précise qu’historiquement, la marque n’hésite pas à rompre avec les codes habituels du segment des détergents et qu’en l’espèce, les menottes, agrémentées de fourrure rose, loin de l’imaginaire carcéral, sont une traduction symbolique du plaisir et ne renvoient qu’aux codes d’un univers coquin dans l’air du temps, un univers de plaisir..  ...   En outre, la marque n’a à aucun moment voulu véhiculer l’expression d’un stéréotype sexuel.. Enfin, l’annonceur considère qu’il ne peut lui être reproché de porter atteinte à l’image de la femme en présentant celle-ci comme condamnée, soumise par la violence.. Outre que les menottes représentées, couvertes de fanfreluches, se démarquent à l’évidence de l’univers carcéral, le visuel utilisé visait à représenter une certaine idée du plaisir, sous un angle humoristique et légèrement provocant.. Concernant le message.. , si celui-ci joue avec certains stéréotypes, cette utilisation est également faite sur le ton de l’humour et, afin notamment d’encourager les hommes à partager les tâches ménagères, les statistiques montrant encore malheureusement un déséquilibre dans de nombreux foyers.. Le Jury rappelle qu’aux termes du point 1.. 3 de la Recommandation Image de la personne humaine de l’ARPP :.. Le point 2.. 1 de la même Recommandation prévoit que.. ;.. La publicité pour le produit Secrets de soin promeut un produit vaisselle par la photo d’une main de femme aux ongles vernis, enchaînée au flacon par une paire de menottes entourée de fourrure.. L’image qui décline divers tons de rose, se compose aussi d’un amoncellement de mousse, parsemée de pétales, dont sort une éponge en forme de cœur.. Cet ensemble, qui réunit différents stéréotypes de l’imagerie féminine, la couleur, la laque des ongles, la forme de l’éponge, les pétales de fleur, présente la vaisselle comme étant une activité spécifiquement féminine.. Plus encore, la présence des menottes ainsi que le slogan.. Nouvel accessoire de plaisir.. , donne une représentation agréable de l’asservissement de la femme aux fonctions ménagères, ce qui le banalise.. Enfin, cet accessoire induit l’idée que l’accomplissement de cette tâche peut être érotisé, liant ainsi deux stéréotypes : celui d’une activité propre aux femmes et celui de la femme objet sexuel.. Cette représentation qui réduit la femme à une condition d’objet est renforcée par le.. apparaissant sur le site.. Mir Vaisselle.. Celui-ci suggère par son titre que les hommes devraient lutter pour acquérir le droit de faire la vaisselle et suggère que, non seulement cette activité est propre aux femmes, mais que, de plus, elles sont les responsables de cette situation et y trouvent de multiples avantages.. Au regard de ces constats, il importe peu que les publicités en cause ne fassent pas apparaître de nudité ou ne soient pas explicitement érotiques puisqu’elles contreviennent, en tout état de cause, à d’autres dispositions de la Recommandation Image de la personne humaine que celles concernant la décence.. Par ailleurs, l’intention de l’annonceur qui peut expliquer les ressorts d’un visuel, ne saurait modifier l’appréciation portant sur la publicité telle qu’elle est diffusée.. Le Jury estime en conséquence que la représentation donnée de la femme dans les deux messages examinés, la réduit, par les stéréotypes utilisés, à la fonction d’objet et qu’elle est de ce fait dégradante.. En conséquence, le Jury considère que ces deux publicités contreviennent aux règles déontologiques précitées.. Les plaintes sont fondées ;.. Les publicités de la société Henkel pour ses produits Mir Secrets de soin et Mir Secrets de vinaigre, ne respectent pas les points 1.. Il est demandé au Directeur général de l’ARPP de prendre toutes mesures de nature à assurer le non-renouvellement de cette publicité ;.. La décision sera communiquée aux plaignants et à la société Henkel France ;.. Elle sera publiée sur le site Internet du Jury de déontologie publicitaire.. Délibéré le 5 juillet 2013 par Mme Michel-Amsellem, Présidente, Mme Drecq et MM.. Pour visualiser la publicité MIR VAISELLE, cliquez..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=373
    Open archive

  • Title: ETABLISSEMENTS JOSEPH - Publipostage
    Descriptive info: ETABLISSEMENTS JOSEPH - Publipostage.. Décision publiée le 26.. 06.. ETABLISSEMENTS JOSEPH – 260/13.. après examen des éléments constituant le dossier de plainte,.. et, après en avoir délibéré, selon la procédure simplifiée prévue à l’article 12 du règlement intérieur du JDP,.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi, le 18 avril 2013, d’une plainte du Maire de la commune de Villabé, afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur d’un imprimé publicitaire adressé par la société Etablissements Joseph.. Cet imprimé utilisant les couleurs bleu, rouge et blanc se présente sous la forme d’une fiche cartonnée à l’entête Renseignements et services de votre ville , en-dessous duquel est mentionné le numéro d’appel de la mairie de la commune et ceux des services d’urgence tels que.. Pompiers – 18.. et.. Police – 17.. , entourant le blason de la ville et la mention.. Ouverture des portes 7j/7 24h/24.. suivis du numéro de téléphone de l’entreprise.. Au dos du document, sont mentionnés plusieurs numéros de téléphones dits utiles dont ceux de services publics classés dans les catégories administration , urgences et santé et transports ainsi que ceux de différents services proposés par les Etablissements Joseph.. Sur le côté de la publicité, à la verticale et en petits caractères, est écrit, à gauche,.. La plaquette n’a aucun lien de quelque manière que ce soit avec les services administratifs officiels.. Ne pas jeter sur la voie publique.. et à droite, les coordonnées de la société et les tarifs de dépannage pratiqués.. Le plaignant considère que ce document prête à confusion avec la publicité institutionnelle de la mairie car les couleurs bleu, blanc, rouge ainsi que la référence à des numéros officiels peuvent laisser penser qu’il s’agit d’un document émis par la mairie même si, sur le côté gauche du verso et en petits caractères, est écrit "La plaquette n’a aucun lien de quelque manière que  ...   articles 1 et 5 du code consolidé sur les pratiques de publicité et de communication de marketing de la Chambre de Commerce Internationale, auquel renvoie le préambule des Recommandations déontologiques de l’ARPP, que :.. La communication de marketing doit être véridique et ne peut être trompeuse (…) et qu’elle (…) ne doit contenir aucune affirmation (…) qui soit de nature, directement ou indirectement, par voie d’omissions, d’ambiguïtés ou d’exagérations, à induire en erreur le consommateur (…).. Le Jury relève que le document publicitaire diffusé par la société Etablissements Joseph utilise les couleurs de la République et indique divers numéros de téléphone de services municipaux ou d’urgence.. Il ne permet pas d’identifier clairement son caractère publicitaire.. Cette présentation ambigüe, mêlant services commerciaux et officiels est, en outre, de nature à induire une confusion dans l’esprit du public sur son origine, de même que sur une éventuelle certification de l’annonceur ou d’un agrément administratif dont bénéficieraient les services qu’il offre.. En conséquence, le Jury considère que le document publicitaire diffusé par la société Etablissements Joseph ne respecte pas les principes déontologiques relatifs à l’identification et à la loyauté de la publicité.. La publicité de la société Etablissements Joseph contrevient aux dispositions de la Recommandation Identification de la publicité de l’ARPP ainsi qu’aux principes de véracité et loyauté rappelés par le code consolidé sur les pratiques de publicité et de communication de marketing de la Chambre de Commerce Internationale auquel renvoie le préambule des Recommandations déontologiques de l’ARPP ;.. Il est demandé au Directeur général de l’ARPP de prendre toutes mesures de nature à mettre fin à cette publicité et qu’elle ne soit pas renouvelée ;.. La décision sera communiquée au plaignant et à la société Etablissements Joseph.. Délibéré le 7 juin 2013, par Mme Michel-Amsellem, Présidente, M Lallet, Vice-Président, Mmes Drecq et Moggio, MM.. Carlo, Benhaïm, Depincé et Leers.. Pour visualiser la publicité ETABLISSEMENTS JOSEPH, cliquez..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=372
    Open archive

  • Title: GRILL O’BOIS - Affichage
    Descriptive info: GRILL O’BOIS - Affichage.. GRILL O’BOIS – 259/13.. après avoir entendu les représentants des sociétés La Forestière du Nord, et JC Decaux,.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi, le 25 avril 2013, d’une plainte d’un particulier, afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur d’une publicité en faveur de la société La Forestière du Nord pour son charbon de bois de la marque Grill O’Bois.. La publicité en cause, diffusée en affichage, montre une femme, représentée à la manière des photos de pin-up des années 50.. Elle est penchée au-dessus d’un barbecue sur lequel elle fait cuire une tranche de viande.. Elle porte un chemisier blanc décolleté, des talons hauts et une jupe rouge qui paraît soulevée par le paquet de charbon de bois posé à ses pieds et qui dévoile des bas noirs retenus par un porte-jarretelles.. Grill O’Bois – la braise qui change tout.. Laissez-vous tenter … par une bonne grillade.. Le plaignant fait valoir que cette publicité est sexiste.. La société La Forestière du Nord, annonceur, a été informée par courrier du 6 mai 2013 de la plainte dont copie lui a été transmise et des dispositions dont la violation est invoquée.. Elle a été également informée que cette affaire ferait l’objet d’un examen dans le cadre de la procédure simplifiée prévue à l’article 12 du règlement intérieur du JDP.. La société La Forestière du Nord, titulaire de la marque Grill O’Bois, a sollicité, par le biais de son conseil, la tenue de l’audience, conformément à la possibilité prévue par le règlement intérieur du Jury.. Elle fait valoir que son visuel fait référence à l’Amérique, bien connue pour sa tradition du barbecue et, plus précisément, à l’Amérique des années 50.. Elle rappelle que le barbecue sphérique au charbon avec un couvercle, que l’on nomme aujourd’hui barbecue américain, a été inventé au tout début des années 50 par l’américain Weber, que c’est à la même époque que la pin-up connait son apogée outre-Atlantique, notamment en publicité, et que de grands artistes américains, comme par exemple l’illustrateur Gil Elvgren, se sont fait une spécialité de magnifier la femme par leurs dessins et aquarelles.. Selon elle, ces deux circonstances instaurent un rapport direct entre la représentation proposée et le produit en cause.. L’annonceur ajoute que la technique utilisée (dessin) contribue à distancier ce visuel de la réalité et dès lors, permet de rendre acceptable la posture par définition suggestive de la pin-up au regard des règles en vigueur.. Il fait valoir également  ...   ! Je ne vois pas en quoi cette pub est dégradante ! Elle est rigolote avec son côté rétro, cette époque où effectivement les femmes étaient féminines ! (.. ) ….. ).. La société JC Decaux fait valoir que si le visuel incriminé constitue une mise en scène provocante, il n’est pas, pour autant, répréhensible au regard de la Recommandation de l’ARPP.. En effet, pour sa campagne 2013, GRILL O’BOIS a décidé de faire appel à la symbolique de la pin-up , à l’instar des marques Perrier en 2010 (avec le modèle Dita Von Teese) ou Schweppes en 2011 (avec l’actrice Uma Thurman).. Il en a été de même pour les marques Canderel ou DIM (en 2007), qui sont allées puiser leur inspiration dans l’iconographie des années cinquante, très en vogue dans le monde de la publicité, pour illustrer leur message.. L’annonceur s’inscrit dans cette tendance avec ce visuel traité sur le mode rétro.. Il s’agit d’un message humoristique décalé, fondé sur le détournement de certains codes de la publicité.. , attentatoires à la dignité humaine.. La publicité ne doit pas réduire la personne humaine, et en particulier la femme, à la fonction d’objet.. Le Jury relève que la représentation de la femme donnée par la publicité de la société La forestière du nord est érotisée par son habillement et sa posture, ce qui procède de l’intention de l’annonceur qui indique avoir ainsi voulu renvoyer aux représentations des années 50, moment de l’invention du barbecue.. Le rappel historique ainsi invoqué ne justifie nullement la présentation de la féminité réduite à une fonction d’objet de faire-valoir et de promotion.. En effet, le procédé ainsi utilisé présentant la femme toute à la fois objet sexuel et ménagère renvoie à des stéréotypes encore ancrés dans beaucoup d’esprits quant à la place des femmes dans la société, et contribue à les perpétuer.. Ni l’humour prétendu, ni le procédé technique du dessin, ne permettent d’assurer une prise de recul dans cette présentation qui n’est pas conforme aux dispositions déontologiques de la Recommandation Image de la Personne Humaine de l’ARPP.. Le Jury considère donc que la plainte est fondée.. La publicité de la société La Forestière du Nord n’est pas conforme aux points 1.. 1 de la Recommandation.. Image de la Personne Humaine.. La décision sera communiquée au plaignant et aux sociétés La Forestière du Nord et JC Decaux ;.. Délibéré le 7 juin 2013, par Mme Michel-Amsellem, Présidente, M Lallet, Vice-Président, Mmes Drecq et Moggio, et MM.. Pour visualiser la publicité GRILL O’BOIS, cliquez..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=370
    Open archive

  • Title: FO-YAM - Catalogue
    Descriptive info: FO-YAM - Catalogue.. FO-YAM – 258/13.. et, après en avoir délibéré ;.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi, le 25 avril 2013, d’une plainte émanant d’un particulier afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur, de plusieurs pages du catalogue publicitaire de la société Fo-Yam, distributeur de matériels Hi-fi, vidéo ainsi que de motos et quads, diffusé à la Réunion.. Ce catalogue comporte les photographies de jeunes femmes, dénudées, présentant les produits de l’annonceur, et plus particulièrement :.. une femme en maillot de bain bleu, deux pièces et lunettes de soleil, assise sur une plage,.. une femme blonde en slip noir, talons hauts et chemisier décolleté et noué sous les seins,.. une femme brune, chemise noire ouverte,.. une femme blonde en tenue deux pièces découpée,.. une femme brune poitrine nue, un casque sur les oreilles,.. une femme brune, talons hauts et minirobe bleue,.. une femme en tenue militaire, portée sur un maillot de bain à deux pièces blanc.. La plaignante soutient que les images de femmes dénudées dans des positions aguichantes présentent celles-ci comme argumentaire à côté des produits et que l’exploitation de l’image de la femme est ainsi dégradante.. Dans le dernier prospectus distribué, ainsi que sur son site Internet ou sur les affiches en devanture de ses magasins, la société utilise des photos de femmes dénudées, vêtues de bikini (et talons hauts) ou de tenues moulantes, adoptant des attitudes et postures à forte connotation sexuelle (micro tenu contre un corps dénudé et femme bouche ouverte par exemple), réduisant ainsi la  ...   société Fo-Yam a été également informée que cette affaire ferait l’objet d’un examen dans le cadre de la procédure simplifiée prévue à l’article 12 du règlement intérieur du JDP.. de l’ARPP dispose que :.. 1-1.. La publicité ne doit pas être susceptible de heurter la sensibilité, choquer ou même provoquer le public en propageant une image de la personne humaine portant atteinte à sa dignité et à la décence.. 2-1.. La publicité ne doit pas réduire la personne humaine, et en particulier la femme, à la fonction d objet.. Le Jury relève que la publicité en cause utilise des représentations du corps de la femme dénudé, ou de manière érotique, afin de promouvoir des objets qui ne présentent aucun lien avec le corps.. Elle réduit de ce fait le corps féminin à la fonction d’objet de promotion.. Par ailleurs, les photographies précédemment décrites présentent la femme comme un objet sexuel et la réduisent à ce stéréotype, portant ainsi atteinte à sa dignité.. Il considère en conséquence que la plainte est fondée.. La publicité de la société Fo-Yam contrevient aux dispositions précitées de la Recommandation Image de la personne humaine de l’ARPP ;.. Il est demandé au Directeur général de l’ARPP de prendre toute mesure pour faire cesser cette publicité et qu’elle ne soit pas renouvelée ;.. La présente décision sera communiquée au plaignant ainsi qu’à la société Fo-Yam ;.. Délibéré le 7 juin 2013 par Mme Michel-Amsellem, Présidente, M.. Lallet, Vice-Président, Mmes Drecq et Moggio et MM.. Benhaim, Carlo, Depincé et Leers.. Pour visualiser la publicité FO-YAM, cliquez..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=371
    Open archive

  • Title: PLUS 500 - Internet
    Descriptive info: PLUS 500 - Internet.. PLUS 500 – 256/13.. après avoir entendu le représentant de la société IG Markets,.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi, le 11 avril 2013, d’une plainte émanant de la société IG Markets afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur de plusieurs publicités en faveur de la société Plus 500, qui propose aux particuliers des services de trading sur le marché des devises et des matières premières, diffusées sur le site.. broker-cfd.. Ces publicités se présentent sous la forme de bannières qui mettent notamment en avant les accroches suivantes :.. Tradez en ligne – Bonus d’inscription – Compte démo gratuit – 0 commission.. ainsi qu’une page dynamique intitulée.. 24h/7 négociations de CFD.. comportant le dessin d’une horloge indiquant.. Indices.. Titres.. Matières premières.. Forex.. La société IG Markets, plaignante, énonce que ces publicités ne respectent pas la fiche de doctrine Publicité des produits financiers - Publicité pour les produits financiers permettant de s’exposer sur le Forex, les indices boursiers, le cours des matières premières avec un effet de levier , ni les dispositions de la Recommandation Mentions et renvois de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP).. Elles ne comportent en effet aucun message d’avertissement sur les risques induits par l’investissement sur produits à effet de levier, pas plus que les pages vers lesquelles ces bannières renvoient.. Seul un lien renvoie le consommateur vers une mise en garde contre les risques , document qui explique au consommateur que les risques sont limités.. La société Plus 500 indique à titre liminaire que la plainte émane d’un concurrent lié à l’ARPP et n’est pas motivée par la préoccupation de protéger les consommateurs.. Elle fait valoir qu’elle est très attentive à la réglementation et aux normes éthiques.. Elle ajoute que les bannières en cause ont été modifiées à la suite de la plainte afin d’y inclure un avertissement approprié concernant les risques encourus par les produits financiers complexes, et qu’elle est en train de procéder à l’examen de toutes ses publicités en langue française, y compris les bannières.. La société Plus 500 indique que toutes ses bannières publicitaires pointent directement vers sa page de garde.. plus500.. Un message d’avertissement des risques encourus existe déjà sur cette page d’accueil et est clairement visible à l’ouverture de la page.. Elle ajoute qu’elle n’accepte que les clients dotés d’une expérience adéquate des transactions sur des produits financiers et dérivés, et que les mécanismes qu’elle a mis en place empêchent le client de perdre davantage que son apport initial.. Enfin, la société Plus 500 précise que  ...   utilisé, d une information claire, intelligible et parfaitement lisible et/ou audible sur les risques propres à l’activité ou au(x) produit(s) visé(s).. Lorsque la présentation de ces risques se traduit à l écrit par une mention, celle-ci devra se distinguer, par tous moyens, des autres informations (et, notamment, ne pas être accolée aux autres mentions) sauf impossibilité technique liée au format et, à l oral, un énoncé audible devra se distinguer clairement de toutes autres informations.. Dans tous les cas, la publicité ne peut laisser penser que le consommateur ne prend aucun risque et/ou que son risque est limité.. Ainsi que le Jury l’a précisé dans ses décisions X FOREX du 28 mars 2012 (n 185/12), X FOREX LIGATUS du 28 mars 2012 (n 187/12) et I FOREX du 21 juin 2012 (n 199/12), les bannières constituent une forme de publicité appelant par un message accrocheur à se rendre sur le site de l’annonceur, dont la taille réduite ne permet pas d’y mentionner un grand nombre d’informations.. Dans la mesure où ces bannières comportent un message d’offre attractive, la règle d’équilibre résultant du point 2-1-2 de la fiche de doctrine précitée doit s’appliquer dès ce stade.. L’annonceur doit donc veiller à ce que, sur ces messages, figure au moins une mention lisible afférente aux risques que présentent les investissements en cause, dont la taille et la précision doivent être proportionnées à l’ampleur et à la probabilité de la promesse de gain éventuellement affichée par la publicité.. En l’espèce, le Jury relève que les bannières litigieuses, qui incitent les clients à s’inscrire par l’octroi d’un.. bonus d’inscription.. et un.. compte demo gratuit.. et à.. trader en ligne sans commission.. , ne comportent aucun message d’avertissement sur les risques liés à cette activité.. Dans ces conditions, et alors même que le site spécialisé sur lequel ces bannières sont diffusées s’adressent essentiellement à des personnes relativement avisées, le Jury considère qu’elles méconnaissent les règles déontologiques mentionnées ci-dessus.. Il prend note des indications de la société selon lesquelles elle aurait depuis lors remédié à cette lacune.. Les publicités en faveur de la société Plus 500 méconnaissent les règles déontologiques rappelées dans la fiche de doctrine Publicité des produits financiers ;.. Il est demandé au Directeur général de l’ARPP de veiller à ce que ces publicités ne soient plus diffusées ;.. La présente décision sera communiquée aux sociétés IG Markets et Plus 500 ;.. Délibéré le vendredi 7 juin 2013 par Mme Michel-Amsellem, Présidente, M Lallet, Vice-Président, Mmes Moggio et Drecq, et MM Benhaïm, Carlo, Depincé et Leers.. Pour visualiser la publicité PLUS 500, cliquez..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=369
    Open archive

  • Title: MARKETS.COM - Internet
    Descriptive info: MARKETS.. COM - Internet.. COM – 255/13.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi, le 11 avril 2013, d’une plainte émanant de la société IG Markets afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur d’une publicité en faveur de la société Markets.. com qui propose aux particuliers des services de trading sur le marché des devises et des matières premières, diffusée sur le site internet.. Celle-ci se présente sous la forme d’une bannière qui met en avant l’accroche suivante :.. Devenez un trader professionnel – Aucune expérience requise – Commencez maintenant.. , accompagnée d’un texte en petits caractères précisant.. Le trading de forex et de CFD est très spéculatif et présente un risque de pertes élevées.. L’internaute qui clique sur cette bannière accède au site.. markets.. com.. , sur lequel apparaît en cours de navigation une fenêtre se présentant comme une discussion avec des personnes fictives prénommées Sarah et Amy, sollicitant les coordonnées de l’internaute afin de lui expliquer.. comme il est simple de gagner de l’argent avec Forex Trading (…).. La société IG Markets, plaignante, énonce que la bannière publicitaire méconnaît la fiche de doctrine Publicité des produits financiers - Publicité pour les produits financiers permettant de s’exposer sur le Forex, les indices boursiers, le cours des matières premières avec un effet de levier , notamment, sur le caractère équilibré de la publicité.. En effet, le message présentant les risques se borne à énoncer que.. le trading de forex et de CFD est très spéculatif et présente un risque de pertes élevées.. , ce qui laisse entendre que le risque serait limité et, en aucun cas, supérieur aux dépôts initiaux.. De même, le message contrevient à la fiche de doctrine en laissant entendre que tout client peut, sans  ...   été informée de la plainte par courrier recommandé avec avis de réception en date du 25 avril 2013.. Le Jury rappelle qu’aux termes du point 2-1-2 de la fiche de doctrine Publicité des produits financiers de l’ARPP :.. En outre, le point 2-2-1 de la même fiche de doctrine prévoit que la publicité pour ces produits et services ne doit pas minimiser les engagements et les risques, soit à l’étape dite de formation avec de l’argent virtuel, soit à l’étape de passage au marché réel, et ne doit pas conférer une supériorité sociale à ceux qui utilisent ces produits.. En l’espèce, le Jury relève que la bannière litigieuse comporte un message d’avertissement peu lisible sur les risques encourus par les clients, et indique qu’en l’absence de toute expérience préalable, tout un chacun peut devenir un trader professionnel.. Une telle mention laisse entendre qu’il serait aisé pour tout client de réaliser des gains sans formation et en consultant simplement la documentation mise à sa disposition par la société.. Eu égard en outre à l’ambiguïté des informations figurant sur le site.. accessible depuis la bannière quant aux risques inhérents à cette pratique, et à la mention de la fenêtre qui s’affiche sur ce site selon laquelle il est.. simple de gagner de l’argent.. , le Jury estime que la publicité litigieuse ne respecte pas le principe d’équilibre posé par les règles rappelées ci-dessus.. La publicité en faveur de la société Markets.. com contrevient aux règles déontologiques rappelées dans la fiche de doctrine Publicité des produits financiers ;.. Il est demandé au Directeur général de l’ARPP de veiller à ce que cette publicité ne soit plus diffusée ;.. La présente décision sera communiquée aux sociétés IG Markets et Markets.. com ;.. Pour visualiser la publicité MARKETS.. COM, cliquez..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=368
    Open archive





  • Archived pages: 685