www.archive-org-2014.com » ORG » J » JDP-PUB

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".

    Archived pages: 685 . Archive date: 2014-01.

  • Title: Land Rover - Internet
    Descriptive info: Land Rover - Internet.. Décision publiée le 21.. 2011.. LAND ROVER - 164/11.. Plainte fondée.. Le Jury de Déontologie Publicitaire,.. Après examen des éléments constituant le dossier de plainte,.. et, après en avoir délibéré, hors la présence des parties, dans les conditions prévues par l’article 12, alinéa 2, 3 , du règlement intérieur,.. rend la décision suivante :.. 1.. Les faits.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi le 26 octobre 2011, d’une plainte émanant de l’Association France Nature Environnement (FNE), afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur, de visuels publicitaires ainsi que de vidéos en faveur de la société Land Rover France pour ses modèles Defender, Discovery 4 et Range Rover.. Les visuels incriminés présentent les véhicules stationnés ou circulant en milieu naturel, sur des espaces rocheux, des étendues de sable, de terre, de neige ou d’herbe, ou à travers un cours d’eau et sont accessibles sur différents sites internet exploités par la société Land Rover.. 2.. Les arguments des parties.. L’association plaignante considère que ces publicités présentent des véhicules en situation d’infraction aux règles de circulation des véhicules motorisés dans les espaces naturels et violent donc les règles déontologiques de l’ARPP.. Elle considère également que ces visuels, en montrant des véhicules terrestres à moteur dans des espaces naturels, laissent entendre qu’il est autorisé de circuler dans ces espaces et constituent une incitation à commettre un délit réprimé par le Code de l’environnement dans ses articles L.. 362-1 et L.. 362-4.. Selon elle, les photographies relevées sont d’autant plus choquantes qu’elles représentent des véhicules circulant dans la limite maritime entre la mer et le littoral, espace protégé à forte valeur de biodiversité et constituent donc des incitations à dégrader le milieu naturel.. D’autre part, les éléments visuels et l’emploi d’éléments naturels représentant la nature sont disproportionnés aux arguments écologiques en faveur des véhicules et de nature à induire en erreur sur les propriétés environnementales des produits.. Aucun message ne vient relativiser la portée du comportement induit par la photographie litigieuse ni rappeler la législation applicable.. Les publicités en cause méconnaissent donc les dispositions de la Recommandation.. développement durable de l’ARPP.. La société Land Rover France a été informée par courrier du 8 novembre 2011 de la plainte dont copie lui a été transmise et des dispositions dont  ...   Land Rover France fait valoir enfin que les visuels figurant sur le site Internet sont une déclinaison du site international conçu par la société mère en Angleterre.. 3.. Les motifs de la décision du Jury.. Le Jury rappelle que la Recommandation Développement durable de l’ARPP prévoit dans son point 9 Impacts éco-citoyens que :.. La publicité doit s’inscrire dans un contexte de responsabilité sociale en tenant compte notamment de la sensibilité du corps social à un moment donné et du contexte de diffusion de la publicité 9/1 La publicité doit proscrire toute représentation susceptible de banaliser, et a fortiori valoriser, des pratiques ou idées contraires aux objectifs du développement durable.. A titre d’exemple :.. a/ La publicité doit bannir toute évocation ou représentation de comportement contraire à la protection de l’environnement et à la préservation des ressources naturelles (gaspillage ou dégradation des ressources naturelles, endommagement de la biodiversité, pollution de l’air, de l’eau ou des sols, changement climatique etc…), sauf dans le cas où il s’agit de le dénoncer.. b/ La représentation, sous quelque forme que ce soit, de véhicules à moteur en milieu naturel devra clairement les positionner sur des voies ouvertes à la circulation.. Le Jury constate que les visuels incriminés figurant sur le site de l’annonceur représentent des véhicules à moteur stationnés ou circulant sur des espaces naturels et non clairement sur des voies ouvertes à la circulation.. Une telle représentation méconnaît les Recommandations précitées de l’ARPP.. Il est sans effet, à cet égard, que pour certaines missions de service public, de tels véhicules soient utilisés dans les milieux naturels et dans des conditions proscrites pour la circulation de l’ensemble de la population.. 4.. La décision du Jury.. La plainte est fondée en ce que les publicités en cause méconnaissent les points 9, 9/1 a et b de la Recommandation Développement Durable de l’ARPP ;.. Il est demandé au Directeur général de l’ARPP de veiller à ce que ces publicités cessent et à ce qu’elles ne soient pas reconduites ;.. La présente décision sera communiquée à l’association FNE ainsi qu’à la société Land Rover France ;.. Elle sera diffusée sur le site Internet du JDP.. Délibéré le 9 décembre 2011 par Mme Michel-Amsellem, Vice-Présidente, substituant la Présiente empêchée, MM Benhaïm, Carlo et Lacan.. Pour visualiser la publicité LAND ROVER cliquez-.. ici..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=263
    Open archive

  • Title: Office Départemental des Annuaires - Courrier publicitaire
    Descriptive info: Office Départemental des Annuaires - Courrier publicitaire.. OFFICE DEPARTEMENTAL DES ANNUAIRES - 160/11.. après examen des éléments constituant le dossier de plainte,.. Les faits.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi, le 21 octobre 2011, d’une plainte émanant d’un particulier afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur d’un courrier publicitaire distribué dans les boîtes aux lettres par la société Office Départemental des Annuaires.. Cet imprimé se présente sous la forme d’une facture à régler à l’entête Office Départemental des Annuaires , précédé d’un logo ressemblant à celui de la société France Télécom.. Il comporte le texte préalable.. Office Départemental des Annuaires, gestionnaire exclusif de l’annuaire départemental est en cours de mise à jour.. Merci de vérifier et/ou compléter les informations manquantes de l’annonce ci-dessous… A défaut de réponse dans les 15 jours, la direction procèdera à l’annulation de votre annonce.. , suivi d’un encadré intitulé.. Formulaire d’insertion publicitaire.. qui comporte les coordonnées du destinataire, en-dessous duquel sont indiqués que le règlement doit se faire à l’ordre de.. Office Départemental des Annuaires.. , ainsi que le.. montant à payer.. qui, pour ce cas, s’élève à la somme de 189 euros.. Le bas de la page se compose d’un encart à remplir par le destinataire avec ses coordonnées, ainsi que sa signature précédée de la mention.. Bon pour insertion.. En dessous de ces mentions figure une mention en petit caractères selon laquelle.. En signant le présent formulaire je reconnais expressément avoir pris connaissance et accepter l’intégralité des conditions générales de vente au dos.. Ces conditions générales de vente précisent en leur article 1 que.. (…) la signature d’un formulaire par lui-même ou son préposé ou mandataire implique 1) La reconnaissance expresse du client (…) que le service proposé n’a aucun lien direct ou indirect avec les pages jaunes.. Le plaignant met en cause la véracité des informations contenues dans cette offre qui comporte un montant à payer et le fait que le site Internet mentionné n’existe pas.. La  ...   réelle.. Il résulte par ailleurs des dispositions des articles 1 et 5 du même Code consolidé, auquel renvoie le préambule des Recommandations déontologiques de l’ARPP, que.. La communication de marketing doit être véridique et ne peut être trompeuse (…).. et qu’elle.. (…) ne doit contenir aucune affirmation (…) qui soit de nature, directement ou indirectement, par voie d’omissions, d’ambiguïtés ou d’exagérations, à induire en erreur le consommateur (…).. Le Jury relève que le document publicitaire diffusé par la société Office Départemental des Annuaires, se présente, dans sa forme et son contenu, de façon identique à une adhésion à un service d’annuaire associée à une facture.. Cette présentation ne permet nullement d’identifier le caractère publicitaire du document.. Les mentions de bas de pages renvoyant aux conditions générales, lesquelles mentionnent que le service proposé est distinct du service des pages jaunes apparaissent énoncées de façon insuffisamment apparente et claire pour permettre la compréhension du caractère publicitaire du document.. Par ailleurs, celui-ci comportant, en outre, une incitation au paiement d’une somme dont le montant est chiffré, il est de nature à induire une confusion dans l’esprit de ses destinataires et à inciter à des paiements indus.. Le Jury considère en conséquence que la publicité de la société Office Départemental des Annuaires ne respecte pas les principes déontologiques relatifs à l’identification et à la loyauté de la publicité.. La plainte est fondée ;.. La publicité de la société Office Départemental des Annuaires contrevient aux dispositions de la Recommandation Identification de la publicité de l’ARPP ainsi qu’aux principes de loyauté rappelés par le Code ICC consolidé sur les pratiques de publicité et de communication commerciale auquel renvoie le préambule des Recommandations déontologiques de l’ARPP ;.. Il est demandé au Directeur général de l’ARPP de veiller à ce que cette publicité cesse et à ce qu’elle ne soit pas reconduite ;.. La décision sera communiquée au plaignant et à la société Office Départemental des Annuaires.. Pour visualiser la publicité OFFICE DEPARTEMENTAL DES ANNUAIRES (source Office Départemental des Annuaires), cliquez-..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=264
    Open archive

  • Title: Toyota - Internet
    Descriptive info: Toyota - Internet.. TOYOTA - 161/11.. et, après en avoir délibéré, dans les conditions prévues par l’article 12, alinéa 2, 3 , du règlement intérieur,.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi le 25 octobre 2011, d’une plainte émanant de l’Association France Nature Environnement (FNE), afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur de visuels publicitaires ainsi que de vidéos en faveur de la société Toyota France pour ses modèles Land Cruiser, Hilux et Rav 4.. Les visuels incriminés présentent les véhicules stationnés ou circulant en milieu naturel, sur des espaces rocheux, des étendues de sable, de terre ou d’herbe, sur une plage, traversant des étendues d’eau et sont accessibles sur le site de la société Toyota.. L’association plaignante considère que ces publicités présentent des véhicules en situation d’infraction aux règles de circulation des véhicules motorisés dans les espaces naturels et viole donc les règles déontologiques de l’ARPP.. Les photographies et vidéos relevées violent la Recommandation Développement durable de l’ARPP de manière d’autant plus grave qu’elles représentent des dégradations de milieux naturels (notamment des cours d’eau).. La société Toyota France a été informée par courrier du 8 novembre 2011 de la plainte dont copie lui a été transmise et des dispositions dont la violation est invoquée.. Par des observations écrites, elle a fait valoir que, pleinement consciente de ses responsabilités envers la planète, Toyota investit chaque année dans le monde plusieurs milliards d’euros en recherche et développement pour traduire son attachement à la mobilité durable de chacun.. Sa vision et ses investissements considérables permettent aujourd’hui au groupe Toyota d’être précurseur et leader en matière de technologies automobiles plus respectueuses de l’environnement avec, à ce jour, plus de 3 millions de véhicules hybrides vendus dans le monde.. La société Toyota France explique qu’elle est impliquée dans de nombreux programmes visant à mettre concrètement en œuvre une véritable politique en matière environnementale et de développement durable.. Elle propose une gamme complète de véhicules qui, en plus de son emblématique et reconnue gamme hybride, se compose également d’un ensemble de véhicules dits tout terrain , catégorie de véhicules dans laquelle la marque Toyota s’est depuis de nombreuses années spécialisée et dans laquelle son savoir-faire est incontesté, tout comme sont reconnues ses technologies innovantes et éprouvées.. En matière de communication, une stratégie européenne coordonnée par sa maison mère, la société Toyota Motor Europe est déployée pour différents marchés d’Europe.. C’est ainsi que la société Toyota France est amenée à utiliser des matériels et supports promotionnels communs à ces différents marchés.. Elle explique que  ...   ouverte à la circulation des véhicules à moteur.. En outre, dans l’hypothèse où, localement, les voies habituellement ouvertes à la circulation prennent la forme de pistes et/ou sentiers, la société Toyota France demande si la présence d’une mention spécifique explicitant ce type de particularité ne pourrait pas être apposée dans la publicité pour attirer l’attention du public.. Cette solution pourrait, selon elle, être également exploitée dans le cas de la présence d’un véhicule dans un lieu régi par les règles de la propriété privée.. La société Toyota France indique de plus, que, lorsque des éléments ou animations figuratifs (sous forme de schémas ou d’images de synthèse par exemple) visant uniquement à expliquer aux clients et prospects les principes généraux de fonctionnement des mécanismes de certains organes (débattements et fonctionnement des mécanismes de suspension, des trains roulants, des mécanismes de transmission, de tout ou partie des organes moteurs…), il est difficile de reproduire schématiquement des terrains, obstacles voire conditions de route que les véhicules sont potentiellement susceptibles de rencontrer en conditions réelles d’utilisation.. La société Toyota France fait valoir enfin que si la Recommandation.. Développement durable.. précise bien que.. Sans exclure leur utilisation,.. l’emploi d’éléments naturels ou évoquant la nature ne doit pas induire en erreur sur les propriétés environnementales du produit ou des actions de l’annonceur.. , aucune exclusion générale et de principe de tout élément naturel ne saurait pour autant être tirée de la Recommandation.. Il importe peu à cet égard que, dans certaines missions de service public, de tels véhicules soient utilisés dans les milieux naturels et dans des conditions proscrites pour la circulation de l’ensemble de la population.. Le Jury relève, enfin, que l’implication invoquée par la société Toyota dans la recherche et le développement de solutions compatibles avec le développement durable devrait la conduire à d’autant plus de vigilance dans les exemples de conduite qu’elle donne au public dans ses publicités.. Il lui est néanmoins donné acte des modifications qu’elle indique mettre en œuvre très prochainement pour ses publicités.. S’agissant des questions que la société se pose sur le moyen de respecter la Recommandation.. de l’ARPP pour présenter les caractéristiques particulières de ses véhicules, le Jury, auquel n’est confiée aucune mission de conseil ou d’avis préalable, ne peut que la renvoyer à poser les questions auxquelles elle se trouve confrontée à l’Autorité dont elle est d’ailleurs adhérente.. La présente décision sera communiquée à l’association FNE ainsi qu’à la société Toyota France ;.. Délibéré le 9 décembre 2011 par Mme Michel-Amsellem, Vice-présidente, substituant la Présidente empêchée, MM Benhaïm, Carlo et Lacan..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=265
    Open archive

  • Title: Volkswagen - Internet
    Descriptive info: Volkswagen - Internet.. VOLKSWAGEN - 161/11.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi le 25 octobre 2011, d’une plainte émanant de l’Association France Nature Environnement (FNE), afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur, de visuels publicitaires ainsi que d’une vidéo en faveur de la société Volkswagen France pour ses modèles Touareg et Amarok.. Les visuels incriminés présentent les deux véhicules stationnés ou circulant en milieu naturel, sur une étendue de sable et des dunes, sur des espaces rocheux, à travers un cours d’eau et sont accessibles sur le site internet de la société Volkswagen France.. Elle considère également que ces visuels, en montrant des véhicules terrestres à moteur en dehors des voies de circulation, laissent entendre qu’il est autorisé de circuler dans ces espaces et constituent une incitation à commettre un délit réprimé par le Code de l’environnement dans ses articles L.. Par ailleurs, le slogan dans l’un des visuels.. Plus on est proche de la nature, plus on doit la respecter.. est contraire aux règles de la déontologie publicitaire et induit en erreur le public sur la nature et la portée du produit en matière de développement durable.. FNE relève également que les textes qui accompagnent les publicités de l’Amarok constituent une incitation à  ...   les plans inclinés et les passages à gué d’un mètre de haut maximum ne le désarçonnent pas.. Enfin, certaines de ces photos violent les règles de déontologie de manière plus grave qu’elles représentent des dégradations de milieux naturels (notamment des dunes qui sont des espaces protégés à forte valeur de biodiversité et des cours d’eau).. La société Volkswagen France a été informée par courrier du 8 novembre 2011 de la plainte dont copie lui a été transmise et des dispositions dont la violation est invoquée.. Par une lettre du 7 décembre 2011, elle a indiqué qu’elle demandait à ses agences web et de création de modifier le plus rapidement possible les visuels concernés, ce qui devrait être fait dans les prochains jours.. Le Jury rappelle que la Recommandation Développement durable de l’ARPP prévoit dans son point 9.. Impacts éco-citoyens.. que :.. Par ailleurs, le slogan vantant la sécurité en hors piste est susceptible d’induire dans l’esprit d’un public insuffisamment averti que la circulation hors des voies carrossables est autorisée.. Ce slogan méconnaît donc lui aussi les dispositions précitées.. La présente décision sera communiquée à l’association FNE ainsi qu’à la société Volkswagen France ;.. Délibéré le 9 décembre 2011 par Mme Michel-Amsellem, Vice-Présidente, substituant la présidente empêchée, MM Benhaïm, Carlo et Lacan..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=266
    Open archive

  • Title: TSR International - magazine l'Officiel des transporteurs
    Descriptive info: TSR International - magazine l Officiel des transporteurs.. Décision publiée le 30.. 11.. TSR INTERNATIONAL - 154/11.. après examen des éléments constituant le dossier de plainte,.. et, après en avoir délibéré,.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi le 26 septembre 2011, d’une plainte émanant d’un particulier, afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur, d’une publicité en faveur de la société TSR International, pour son produit Ecotrainer , qui est un appareil assistant de formation à l’éco-conduite.. Cette publicité présente une femme, de dos, écrivant sur un tableau noir de classe et se haussant sur la pointe des pieds pour atteindre le haut du tableau.. Ce mouvement, relève sa jupe laissant apparaître sa culotte et des bas noirs munis de porte-jarretelles.. Cette image est accompagnée du texte en accroche.. Dans certaines conditions, nul doute que les formations soient un succès.. La procédure.. La société TSR International a été informée par courrier recommandé du 4 octobre 2011 de la plainte dont copie lui a été transmise et des dispositions dont la violation est invoquée.. Elle a répondu par lettre du 20 octobre 2011, par laquelle elle développe un certain nombre d’arguments de défense et indique qu’elle est prête à venir défendre ses arguments, si une audience était nécessaire.. Le plaignant énonce que cette publicité présente un caractère sexiste.. La société TSR International fait valoir que sa publicité n’est pas contraire aux dispositions relatives à l’image de la personne humaine :.. Sur le respect des l’article 1/1 selon lequel la publicité ne doit pas heurter la sensibilité et porter atteinte à la dignité et à la décence de la personne humaine.. L’annonceur concède que la publicité est décalée et très légèrement osée.. L’objectif principal étant d’interpeller et d’attirer l’attention du lecteur et non de le choquer.. Il ajoute que la publicité en cause ne présente pas la femme dans une position dégradante, le professeur n’étant pas dans une situation d’infériorité ni de soumission, au contraire ; elle se positionne en tant que dominante car elle est dans son rôle d’enseignante ; elle n’apparaît pas complètement nue.. Sa posture est en conséquence beaucoup moins suggestive que celle des femmes sur les couvertures des magazines affichés dans les kiosques.. En conséquence, la publicité n’est selon lui, ni choquante ni grossière et n’affecte pas la dignité et la décence de la femme.. Sur le respect  ...   attitude respectueuse.. Le message qu’elle a souhaité faire passer est que la pédagogie nécessite parfois des subterfuges, techniques pour maintenir l’attention du stagiaire.. Parallèlement, la publicité est à destination d’un public très majoritairement masculin et correspond à la cible visée.. Sur l’article 2/1 selon lequel la publicité ne doit pas réduire la femme à la fonction d’objet, l’annonceur fait valoir qu’un sentiment de désir est légal et naturel.. La femme d’aujourd’hui est considérée en tant que telle et on le voit partout, dans la rue, dans les médias, dans les publicités.. Les hommes peuvent aussi être concernés.. Il n’est pas question, dans sa publicité, d’objet sexuel.. Aucun homme n’entoure la formatrice et aucun de ses gestes n’indique une quelconque insinuation à un rapport autre que pédagogique.. Sa tenue et son attitude sont correctes.. Il ajoute, enfin, qu’avant de prendre la décision de faire paraître cette publicité, il a enregistré des réactions positives à son égard et a rencontré un succès aussi bien auprès d’hommes que de femmes.. Le Jury rappelle que la.. Recommandation Image de la Personne Humaine.. de l’ARPP dispose que :.. 2/1.. La publicité ne doit pas réduire la personne humaine, et en particulier la femme, à la fonction d’objet.. 3/1.. La publicité doit éviter d’induire une idée de soumission ou de dépendance dévalorisant la personne humaine et en particulier les femmes.. L’image en cause donne, par la tenue vestimentaire du personnage, qui renvoie explicitement à la sexualité, une image de la femme réduite à un objet de désir.. Cette utilisation pour promouvoir la vente d’un produit ou d’un service sans lien avec le corps et qui ne nécessite pas ce recours constitue une instrumentalisation du corps de la femme, la dévalorisant.. En conséquence, le Jury considère que la représentation en cause contrevient aux règles déontologiques rappelées ci-dessus.. 5.. La publicité de la société TSR International contrevient aux points 2/1 et 3/1 de la Recommandation.. Image de la personne humaine.. de l’ARPP ;.. Il est demandé au directeur général de l’ARPP de prendre les mesures nécessaires à ce que cette publicité ne soit plus diffusée ;.. La présente décision sera communiquée aux plaignants et à la société TSR International ;.. Délibéré le 7 octobre 2011, par Mme Michel-Amsellem, Vice-présidente, substituant la Présidente empêchée Mmes Drecq et Moggio et MM.. Lacan et Raffin.. Pour visualiser la publicité TSR INTERNATIONAL (source magazine L officiel des transporteurs), cliquez-..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=257
    Open archive

  • Title: Digiposte - Internet
    Descriptive info: Digiposte - Internet.. Décision publiée le 23.. DIGIPOSTE – 157/11.. Plainte fondée.. après avoir entendu la plaignante,.. et, après en avoir délibéré, hors la présence des parties,.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi le 1er août 2011, d’une plainte d’un particulier afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur d’une vidéo publicitaire diffusée sur Internet en faveur de Digiposte, un service en ligne proposé par La Poste qui permet de conserver des documents originaux.. La web vidéo montre un homme, comédien humoriste célèbre, assis à un bureau expliquant l’intérêt du service et notamment le gain de temps qu’il permet, ce temps pouvant alors être ainsi consacré à d’autres activités.. En guise de démonstration, l’homme se lève et tente de déloger un chat perché dans un arbre en expliquant que c’est son activité préférée, puis au moyen d’une sarbacane à fléchettes, il fait tomber le chat inanimé dans ses bras.. Le plaignant, qui est un particulier, explique que le spot lui est apparu en consultant internet sous forme de pop-up.. Il considère que cette vidéo banalise la maltraitance envers les animaux.. L’annonceur, la société La Poste, avertie de la plainte qui lui a été transmise, ainsi que de la date de la séance, par lettre recommandée  ...   par ses messages, ses déclarations ou sa présentation, banaliser la violence.. Article 4 du code de la chambre de commerce internationale sur les pratiques de marketing :.. Responsabilité sociale (…) La communication commerciale ne doit pas sembler cautionner ou encourager des comportements violents, illicites ou antisociaux.. Le Jury relève que la mise en scène du spot publicitaire présente le traitement réservé à un animal en lui infligeant au minimum une souffrance, au maximum, la mort.. Cette présentation, effectuée sur un ton badin qui se veut humoristique, est de nature à banaliser, comme des jeux, les violences faites aux animaux.. Ce spot ne respecte donc pas les dispositions des Recommandations précitées de l’ARPP et de la CCI.. La publicité de la société La Poste en faveur du service Digiposte ne respecte pas les dispositions de la Recommandation.. Image de la personne humaine.. de l’ARPP et de l’article 4 du code de la CCI ;.. Il est demandé au Directeur général de l’ARPP de prendre les mesures nécessaires afin que cette vidéo ne soit pas rediffusée en l’état ;.. La présente décision sera communiquée au plaignant et à la société La Poste ;.. Délibéré le vendredi 4 novembre 2011 par Mme Michel-Amsellem, Vice-présidente, en remplacement de la Présidente empêchée, Mmes Drecq et Moggio, MM..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=256
    Open archive

  • Title: Borgia - Affichage
    Descriptive info: Borgia - Affichage.. CANAL PLUS / BORGIA – 153/11.. Plainte partiellement fondée.. après avoir entendu les représentants des sociétés Canal plus et BETC EuroRSCG et de l’ARPP,.. et, après en avoir délibéré, hors la présence de l’ARPP et des parties,.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi, les 18, 19 et 28 septembre 2011, de quatre plaintes de particuliers afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur d’une campagne publicitaire d’affichage, en faveur de la série télévisée Borgia programmée sur la chaîne Canal Plus.. La campagne est composée de quatre affiches présentant des personnages de la série sur fond de vitraux, les yeux levés vers le ciel, ces images étant accompagnées du texte.. BORGIA n’ayez pas foi en eux.. Sur la première des affiches, une femme dont le buste est à moitié dénudé, presse la tête d’un homme agenouillé à ses pieds contre le bas de son ventre.. La deuxième montre un homme tenant entre ses mains sanglantes une faux dont la lame est elle aussi couverte de sang.. Sur la troisième, un homme en tenue d’évêque, bras écartés se tient entre, d’un côté, le jeune homme de l’affiche précédente, qui cette fois, tient un couteau ensanglanté et, de l’autre, la femme de la première affiche, toujours le buste dénudé.. Enfin, la quatrième affiche montre cet homme en tenue d’évêque, qui se tient debout, à ses pieds sont éparpillés des symboles de richesses (plats, vases, calices et chaînes en or), autour de lui semblent tomber des pièces d’or.. Tous ces personnages sont montrés dans un halo, la tête entourée d’une auréole.. Les arguments des parties.. Les plaignants, qui sont des particuliers, considèrent que ces affiches sont blasphématoires, en ce qu’elles reprennent des symboles ou personnages de la religion catholique.. Ils font valoir qu’elles créent un amalgame entre l’époque actuelle et celle évoquée dans la série.. Certains plaignants relèvent particulièrement l’image du couple qu’ils dénoncent comme choquante, notamment pour des enfants, car elle évoque clairement un acte sexuel.. La société Canal + Distribution regrette que sa campagne ait pu être mal perçue par certaines personnes mais conteste les amalgames ou autres comparaisons entre la religion catholique et la communication publicitaire réalisée autour de la série Borgia.. Elle précise que le slogan de la série.. N’ayez pas foi en eux.. ne vise ni la religion catholique, ni l’Eglise, mais la famille des Borgia, objet unique de la série diffusée sur Canal + depuis le 10 octobre 2011.. L’énoncé de cette mise en garde n’est orienté que vers la famille Borgia, dont l’histoire a démontré qu’elle n’était pas digne de confiance, et non vers l’Eglise ou la religion catholique.. Ainsi, loin de valoriser ou d’encourager les pratiques de cette famille, la série, et, par voie de conséquence, la campagne d’affichage, dénoncent au contraire l’utilisation par les Borgia des principes religieux à des fins immorales et d’enrichissement personnel.. Elle fait observer que les affiches critiquées reprennent exactement les personnages de la série et reflètent leur personnalité telle qu’elle est évoquée dans les épisodes, la violence pour le jeune homme, l’immoralité de la jeune femme et l’appétit de puissance et de richesse pour le troisième.. Elle précise que son objectif n’a pas été de caricaturer les icônes religieuses, ni de représenter par une parodie de personnes incarnant la religion catholique.. Enfin, l’annonceur récuse l’utilisation des termes porno soft ou pornographie pour décrire la campagne d’affichage, dès lors que celle-ci n’est que le reflet de la série télévisée, laquelle ne peut être qualifiée comme telle.. L’agence BETC Euro RSCG expose que son client Canal + a réalisé une série télévisée mettant en scène la famille Borgia et racontant le profond malaise qu’elle a suscité dans l’Eglise catholique à l’aube de la Renaissance.. La série a été réalisée en se fondant sur des faits historiques.. La famille Borgia représentait la corruption, la violence, la décadence, le manque total de scrupules.. Elle conteste que la publicité portant sur cette série ait pu procéder de l’intention de stigmatiser la religion catholique ou offenser ses pratiquants, ce qui semble avoir été compris par le public compte tenu du peu de plaintes dont la campagne a fait l’objet.. La société Canal Plus et elle-même n’en ayant reçu aucune.. L’agence ajoute que sa campagne  ...   religieux doit être maniée avec la plus grande délicatesse.. 4- En ce qui concerne la religion proprement dite, il convient de proscrire toute utilisation du rituel ou des textes qui serait de nature à ridiculiser ou à choquer ses adeptes.. Le Jury relève que les images de la campagne portent sur la promotion d’une fiction télévisée consacrée essentiellement à l’histoire de trois membres de la famille Borgia, Rodrigue, le père, César son fils et Lucrèce sa fille, qui, à l’époque de la Renaissance se sont distingués par leurs comportements corrompus, par le pouvoir et l’argent pour le premier, la violence pour le deuxième et la luxure pour la troisième.. Cette campagne diffusée par voie d’affichage, ne peut être perçue par le public qu’en lien avec son objet annoncé par son slogan.. Le père, Rodrigue, ayant été évêque, il n’apparaît ni anormal, ni incongru qu’il apparaisse vêtu du costume porté à l’époque par les évêques et il ne peut être interprété comme une critique ou une moquerie implicite de la religion catholique qu’il soit ainsi montré sur les affiches.. Les richesses l’entourant sont des symboles renvoyant au personnage historique et ne peuvent non plus être vues comme une stigmatisation de la religion.. Il en est de même concernant le fils dont la personnalité particulièrement violente est montrée par le sang apparaissant sur la faux, les mains et le sol, pour une des affiches, le poignard sur l’autre.. S’agissant de la représentation de Lucrèce Borgia, ses cheveux roux défaits, son buste dénudé, la couleur verte de sa robe empêchent qu’elle puisse être confondue avec la Vierge, le plus souvent représentée pudiquement, portant un voile et dans des couleurs de blanc et de bleu, voire de rouge.. Le décor de vitrail devant lequel apparaissent ces personnages, ainsi que l’auréole surmontant leur tête, donnent certes une connotation religieuse aux affiches, qui concorde avec l’histoire de la famille des Borgia fortement mêlée à celle de la religion de l’époque et dont sont issus deux papes.. Cependant, le reste de la présentation montre l’autre face des membres de cette famille historiquement connue pour avoir méconnu les valeurs du catholicisme et s’être montrée particulièrement indigne de celles-ci.. Ainsi que l’a précisé la société BETC Euro RSCG, ce décor et cette impression religieuse de la tête des personnages, montrent dans leur incohérence avec les autres éléments de l’image (les richesses, le sang et la sexualité) la duplicité des membres de la famille et leur hypocrisie, ce qui est l’un des objets de la série promue par ces affiches.. Cette ambivalence de l’image apparaît, de plus, la parfaite illustration du slogan N’ayez pas foi en eux.. Les affiches en cause ne comportent donc pas de violation des dispositions relatives au respect des religions et des croyants rappelées ci-dessus.. S’il est regrettable que certaines personnes aient pu en être affectées, elles demeurent admissibles au regard de ce que le public, dans sa grande majorité, est en mesure de comprendre et d’analyser en croisant de telles images.. En revanche, l’affiche représentant Lucrèce Borgia à moitié dénudée, un homme agenouillé à ses pieds, tandis qu’elle lui appuie la tête au niveau de son pubis, présente une image clairement érotique pour le public, quel que soit son âge, ce caractère ayant d’ailleurs été revendiqué par la société BETC Euro RSCG.. Cette image explicite porte atteinte à la décence et, présentée aux yeux de tous par voie d’affichage, est susceptible de choquer une partie du public, notamment les enfants.. Elle constitue donc une violation des dispositions de l’article 1/1, précitées, de la Recommandation Image de la personne humaine.. Les plaintes sont partiellement fondées en ce que l’affiche représentant Lucrèce Borgia ne respecte pas les dispositions de l’article 1/1 de la recommandation Image de la personne humaine de l’ARPP ;.. Il est demandé au Directeur général de l’ARPP de prendre les mesures nécessaires afin que cette affiche ne soit pas rediffusée en l’état ;.. La présente décision sera communiquée aux plaignants et aux sociétés Canal Plus, BETC Euro RSCG et JC Decaux ;.. Délibéré le vendredi 4 novembre 2011 par Mme Michel-Amsellem, Vice-présidente, en remplacement de la Présidente empêchée, Mmes Drecq et Moggio, MM, Lacan et Raffin.. Pour visualiser les publicités CANAL PLUS / BORGIA , (source BETC Euro RSCG ) cliquez-..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=255
    Open archive

  • Title: Palm's - magazine Le Pescadou
    Descriptive info: Palm s - magazine Le Pescadou.. Décision publiée le 24.. 10.. PALM’S - 151/11.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi le 26 juillet 2011, de deux plaintes émanant de particuliers, afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur, d’une publicité en faveur des cannes à pêche de la marque Palm’s, diffusée dans la presse, dans le magazine le Pescadou.. Cette publicité présente une femme nue, de dos, assise sur ses talons, l’image laissant apparaître les fesses ; un palmier, emblème de la marque, tatoué sur l’épaule droite.. A ses cotés, figurent différents modèles de cannes à pêche dont les prix sont mentionnés, ainsi que l’accroche.. le rapprochement le plus chaud entre le Japon et la France.. La société Palm’s a été informée par courrier avec avis de réception du 14 septembre 2011 des plaintes dont copies lui ont été transmises et des dispositions dont la violation est invoquée.. Les plaignants énoncent que l’usage ainsi fait du corps de la femme porte atteinte à la dignité des femmes et présente un caractère avilissant car la publicité suggère, par amalgame, une possession du corps par la marque.. Le magazine Le Pescadou fait valoir qu’il n’a pu intervenir dans la création de cette publicité qui lui a été fournie  ...   de l’ARPP dispose :.. dans le point 1-2 que.. Lorsque la publicité utilise la nudité, il convient de veiller à ce que sa représentation ne puisse être considérée comme avilissante et aliénante.. dans le point 2-1 du paragraphe relatif aux stéréotypes sexuels, sociaux et raciaux que La publicité ne doit pas réduire la personne humaine, et en particulier la femme, à la fonction d’objet.. dans le point 3-1 que.. Il rappelle, ainsi qu’il l’a fait déjà à plusieurs reprises, que l’utilisation de l’image d’une femme nue pour promouvoir la vente d’un produit sans lien avec le corps et qui ne nécessite pas ce recours constitue une instrumentalisation du corps de la femme, la réduisant à la fonction d’objet.. La publicité de la société Palm’s contrevient aux points 1-2, 2-1 et 3-1 de la Recommandation.. Il est demandé au directeur général de l’ARPP de prendre toute mesure de nature à faire cesser cette publicité et qu’elle ne soit pas renouvelée ;.. La présente décision sera communiquée aux plaignants, à la société Palm’s et au magazine Le Pescadou ;.. Délibéré le vendredi 7 octobre 2011 par Mme Michel-Amsellem, Vice-présidente, en remplacement de la présidente empêchée, Mme Moggio et MM Benhaim, Carlo, Leers et Raffin.. Pour visualiser la publicité Palm s (source magazine Le Pescadou), cliquez-..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=248
    Open archive

  • Title: Digital - Censier Publicinex - Cinéma
    Descriptive info: Digital - Censier Publicinex - Cinéma.. DIGITAL - 150/11.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi le 10 août 2011, d’une plainte émanant d’un particulier, afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur, d’un spot publicitaire en faveur du magasin Digital situé à Angoulême, diffusé au cinéma.. Cette publicité met en scène le corps nu d’une femme, dont on n’aperçoit pas la tête, qui présente différents objets électroménagers vendus par l’enseigne Digital.. Ces produits masquent les parties intimes de la jeune femme.. La société Digital a été informée par courrier avec avis de réception du 14 septembre 2011 de la plainte dont copie lui a été transmise et des dispositions dont la violation est invoquée.. Le plaignant énonce que cette publicité présente un caractère sexiste, la nudité féminine étant utilisée sans lien avec le produit.. L’annonceur, le groupe Digital, a refusé le courrier recommandé qui lui a été adressé par le secrétariat du Jury..  ...   éviter d’induire une idée de soumission ou de dépendance dévalorisant la personne humaine et en particulier les femmes.. Il rappelle, ainsi qu’il l’a fait déjà à plusieurs reprises, que l’utilisation de l’image d’une femme nue pour promouvoir la vente d’un produit sans lien avec le corps et qui ne nécessite pas ce recours, constitue une instrumentalisation du corps de la femme, la réduisant à la fonction d’objet.. La publicité de la société Digital contrevient aux points 1-2, 2-1 et 3-1 de la Recommandation.. Il est demandé au directeur général de l’ARPP de prendre toute mesure pour faire cesser cette publicité et qu’elle ne soit pas renouvelée ;.. La présente décision sera communiquée au plaignant, à la société Digital ainsi qu’à la société Censier Publicinex ;.. Délibéré le 7 octobre 2011, par Mme Michel-Amsellem, Vice-présidente, en remplacement de la présidente empêchée, Mme Moggio et MM Benhaim, Carlo, Leers et Raffin.. Pour visualiser la publicité DIGITAL (source agence Censier Publicinex), cliquez-..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=249
    Open archive

  • Title: Make Love - Okeho - Internet
    Descriptive info: Make Love - Okeho - Internet.. 2011 MAKE LOVE – 147/11.. Plaintes fondées.. et, après en avoir délibéré,.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi les 12 et 17 juillet 2011, de quatre plaintes émanant de particuliers, et le 12 juillet 2011 d’une plainte émanant de l’Association Action pour la Dignité Humaine (association ADH), afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur, d’une vidéo diffusée sur internet, en faveur des préservatifs de la marque Make Love de la société Okeho, en association avec le magazine Entrevue.. fr.. Le film montre l’animateur Marc-Olivier Fogiel présentant le préservatif Make love à la façon d’une émission de télé-achat.. Après une présentation, il interroge des utilisatrices qui se trouvent en arrière plan.. Les jeunes femmes sont présentées nues en situation d’accomplissement d’acte sexuel dans diverses positions avec un partenaire masculin.. Leurs corps sont masqués par une mosaïque, leur visage est rendu net dès qu’elles sont interrogées et que la caméra les filme en plan serré.. En incrustation à l’écran apparaissent les termes.. Télé-achat.. Produit formidable.. Meilleure qualité.. Testé électroniquement.. Très agréable au goût.. Sur et fin.. Oh Oui ! Make Love.. La société Okeho a été informée, par courrier du 27 juillet 2011, des plaintes dont copies lui ont été transmises et des dispositions dont la violation est invoquée.. Les plaignants particuliers ainsi que l’association ADH estiment que cette vidéo comportant des images pornographiques explicites, est choquante, d’autant plus qu’elle peut être vue par des mineurs.. Les plaignants demandent que cette publicité ne soit pas diffusée à la télévision.. L’association ADH, ainsi que l’un des plaignants particuliers, ajoutent que cette  ...   Personne Humaine.. de l’ARPP dispose que : La publicité doit proscrire toute déclaration ou présentation visuelle contraire aux convenances selon les normes couramment admises (Code de la CCI).. 1/1 :.. La publicité ne doit pas être susceptible de heurter la sensibilité, choquer ou même provoquer le public en propageant une image de la personne humaine portant atteinte à sa dignité et à la décence.. ;.. Le Jury rappelle que s’il peut être admissible de montrer des couples dans des positions amoureuses pour une publicité consacrée au préservatif destiné à enrayer la propagation du sida, une telle mise en scène doit cependant demeurer dans les limites de la décence communément comprise en l’état de l’évolution de la société.. Il observe que même si cette publicité est diffusée sur internet, qu’elle s’adresse à un public averti, et que les images seraient en partie rendues floues, il n’en demeure pas moins que la représentation de couples nus en situation d’ébats sexuels explicites, accompagnée de sons non moins explicites, est de nature, d’une part, à choquer une partie du public, d’autre part, à choquer des mineurs qui pourraient plus ou moins facilement visionner ces images.. Il en résulte que la publicité de la société de la société Okeho en faveur du préservatif Make love contrevient aux règles déontologiques rappelées ci-dessus.. Les plaintes sont fondées ;.. La publicité de la société Okeho contrevient à la Recommandation Image de la personne humaine de l’ARPP ;.. La présente décision sera communiquée aux plaignants particuliers, à l’Association Action pour la Dignité Humaine et aux sociétés Okeho et SCPE ;.. Pour visualiser la publicité MAKE LOVE (source société Okeho), cliquez-..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=250
    Open archive

  • Title: Assurland.com - Internet
    Descriptive info: Assurland.. com - Internet.. ASSURLAND.. COM - 152/11.. et après en avoir délibéré,.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi le 2 août 2011, d’une plainte émanant d’un particulier portant sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur, d’un courrier électronique, en faveur de la société Assurland.. Ce mail comporte en objet le texte.. résiliation prochaine de votre contrat d’assurance.. Les arguments des parties :.. Le plaignant, qui est un particulier, considère que ce procédé est abusif et qu’il ne permet pas d’identifier la nature publicitaire du message.. La société Assurland fait valoir que son intention, par ce message, était d’attirer l’attention de l’internaute sur le fait que sa période de résiliation arrivait prochainement.. Les contrats d’assurance étant généralement des contrats d’un an à tacite reconduction et ne pouvant être résiliés qu’une fois par an avec un préavis de deux mois, de nombreuses personnes qui envisagent de changer de police d’assurance laissent  ...   la publicité que, sous quelque forme que ce soit, la publicité doit pouvoir être nettement distinguée en tant que telle, quels que soient la forme et le support utilisés.. Le Jury relève que l’objet du courrier publicitaire mis en cause par la plainte ne permet pas l’identification du caractère publicitaire du message ni de son émetteur.. Cette publicité contrevient donc aux dispositions précitées.. la publicité de la société Assurland contrevient aux dispositions de la Recommandation Identification de la publicité ;.. Il est demandé au Directeur général de l’ARPP de prendre les mesures nécessaires à ce que cette publicité ne soit pas renouvelée en l’état ;.. la décision du Jury sera communiquée au plaignant et à la société Assurland ;.. elle sera diffusée sur le site internet du JDP.. Délibéré le vendredi 7 octobre 2011 par Mme Michel-Amsellem, Vice-Présidente, en remplacement de la Présidente empêchée, Mme Moggio et MM.. Benhaïm, Carlo, Lacan, Leers et Raffin..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=251
    Open archive





  • Archived pages: 685