www.archive-org-2014.com » ORG » J » JDP-PUB

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".

    Archived pages: 685 . Archive date: 2014-01.

  • Title: CARADO MOBIL - Presse
    Descriptive info: CARADO MOBIL - Presse.. Décision publiée le 26.. 2013.. CARADO MOBIL - 292/13.. Plainte fondée.. Le Jury de Déontologie Publicitaire,.. Après examen des éléments constituant le dossier de plainte,.. et, après en avoir délibéré, selon la procédure simplifiée prévue à l’article 12, alinéa 2, 3 du règlement intérieur du Jury,.. rend la décision suivante :.. 1.. Les faits.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi, le 28 octobre 2013, d’une plainte émanant de l’association France Nature Environnement (FNE), afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur d’une publicité en faveur de la société Carado mobil, proposant des véhicules de loisirs.. La publicité en cause, diffusée dans le journal le Télégramme, présente un camping-car stationné en milieu naturel.. 2.. Les arguments des parties.. L’association plaignante considère que la présentation d’un camping-car hors des voies ouvertes à la circulation motorisée constitue une violation de l’article 9 de la Recommandation.. Développement durable.. de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP).. La société Carado mobil a été informée par courrier du 8 novembre 2013 de la plainte dont copie lui a été transmise, des dispositions dont la violation était invoquée et de l’examen de la plainte dans le cadre de la procédure simplifiée prévue à l’article 12  ...   Le Jury rappelle que la Recommandation.. de l’ARPP prévoit dans son point 9/1 que.. La publicité doit proscrire toute représentation susceptible de banaliser, et a fortiori valoriser, des pratiques ou idées contraires aux objectifs du développement durable.. A titre d’exemple : e/ La représentation, sous quelque forme que ce soit, de véhicules à moteur en milieu naturel devra clairement les positionner sur des voies ouvertes à la circulation.. Le Jury constate que la publicité mise en cause représente un camping-car stationné en milieu naturel, sans qu’aucun élément visuel ou mention écrite ne permette de considérer qu’il se trouverait sur une voie ouverte à la circulation ou un emplacement autorisé.. Cette publicité est donc contraire aux dispositions précitées.. 4.. La décision du Jury.. La plainte est fondée ;.. Il est demandé au Directeur général de l’ARPP de veiller à ce que cette publicité cesse et à ce qu’elle ne soit pas reconduite ;.. La présente décision sera communiquée à l’association plaignante et aux sociétés Carado mobil et le Télégramme ;.. Elle sera diffusée sur le site Internet du Jury de déontologie publicitaire.. Délibéré le 6 décembre 2013, par Mme Michel-Amsellem, Présidente, M.. Lallet, Vice-Président, Mme Drecq et MM Benhaim, Carlo, Depincé et Leers.. Pour visualiser la publicité CARADO MOBIL, cliquez.. ici..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=398
    Open archive

  • Title: DARTY - Affichage - Internet
    Descriptive info: DARTY - Affichage - Internet.. DARTY - 291/13.. Plaintes partiellement fondées.. après avoir entendu les représentants des sociétés Darty, BBDP Fils, MédiaTransports, CBS Outdoor et Clear Channel France, ainsi que le représentant de l’ARPP ;.. et, après en avoir délibéré hors la présence des parties,.. Les faits.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi, les 31 octobre et 8 novembre 2013, de deux plaintes de particuliers, afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur d’une campagne publicitaire en faveur des services de l’enseigne Darty.. La campagne en cause, diffusée en affichage et sur internet, comporte plusieurs visuels.. Les deux publicités mises en cause par les plaintes représentent des personnages, photographiés en noir et blanc :.. L’une montre un homme debout, vêtu d’un tee-shirt blanc, se tenant la tête, accompagné du texte.. Face à la technologie, on est tous un peu blonde.. L’assistance téléphonique 24h/24- 7J/7.. Le deuxième visuel montre un homme debout, torse nu, derrière lequel se tient une femme blonde qui l’enlace, accompagné du texte.. Elle achète en ligne.. Il va chercher mes commandes en magasin.. Retrait en magasin une heure après.. Les plaignants font valoir que ces publicités sont sexistes, stéréotypées et dégradantes, en particulier pour les femmes.. Selon eux, elles renforcent les stéréotypes masculins comme féminins (homme fort, macho, par opposition à la femme passive, niaise, dépendante).. L’un des plaignants ajoute que cette publicité a pour effet de renforcer les stéréotypes sexuels et sexistes.. Il ajoute que ces modèles ont des effets néfastes sur les relations entre les personnes et que tolérer cette publicité, c’est accepter, banaliser la discrimination envers les femmes.. L’annonceur, la société Darty, à laquelle le secrétariat du Jury a transmis les plaintes le 7 novembre 2013, n’a pas présenté d’observations.. L’agence de communication BBDP Fils fait valoir que la campagne met en scène des hommes et des femmes qui, sans vouloir être représentatifs de tous les français, incarnent les clients Darty faisant l’apologie de l’intérêt et de la qualité des services proposés par cette enseigne.. Inattendue, surprenante et un peu glamour, la campagne crée une rupture volontaire avec l’historique publicitaire de la marque permettant de voir Darty autrement.. Il a été pris le parti de présenter sous la forme de portraits de mode, des exemples de clients s’exprimant comme des clients réels sur des sujets relevant de préoccupations quotidiennes des consommateurs.. À ce titre, leur langage peut emprunter des expressions populaires contribuant ainsi à établir un lien de proximité avec le public en toute simplicité.. Concernant le visuel.. , l’idée est littéralement de dire que le service d’assistance proposé par Darty est indispensable face aux technologies d’aujourd’hui.. Contrairement au cliché de l’homme qui serait plus familier de cette technologie, l’agence a souhaité montrer que ce problème est universel sans distinction de sexe et a représenté cet homme - qui a besoin de conseils, comme tout le monde - en lui faisant se moquer du stéréotype de la blonde et en se l’appliquant à lui-même et, au-delà, à tous.. Cette création, contrairement à ce qu’affirme le plaignant, ne fait pas la promotion d’un stéréotype sexiste mais elle le détourne pour s’en moquer et prôner l’égalité des sexes devant cette problématique de la technologie et, des freins et perturbations qu’elle peut provoquer autant chez les hommes que chez les femmes.. L’agence BDDP fait valoir que l’utilisation d’un stéréotype n’en fait pas forcément la promotion.. Pour elle le terme de blonde passé dans le vocabulaire populaire, utilisé en titre d’émission grand public (la minute blonde.. ) n’est pas interdit d’utilisation si son utilisation permet de la combattre.. L’agence ajoute que c’est d’ailleurs ce que recommande l’autodiscipline de la profession quand elle indique que.. L’expression de stéréotypes, … doit tout particulièrement respecter les principes développés dans la …Recommandation.. , l’agence explique que cette affiche est l’explication littérale du service Click and Collect.. Pour la mettre en scène, elle a représenté un couple et a rajouté cette petite histoire d’une femme qui manipule gentiment son compagnon pour qu’il aille chercher ses colis en magasin.. Elle fait valoir que le fait de rendre service à sa femme n’est pas un acte de domination et que la femme représentée, qui obtient de son compagnon qu’il se déplace pour chercher des commandes, est, au sein du couple, active, décisionnaire, intelligente et autonome.. Dans cette création, selon l’agence, aucun stéréotype invoqué par le plaignant n’est véhiculé, mais c’est tout l’inverse qui est illustré.. Cette création publicitaire, digne et respectueuse de tous, est, selon elle, conforme aux recommandations de l’autodiscipline.. La société d’affichage Clear Channel France fait valoir que la campagne Darty a fait l’objet d’un affichage d’une durée d’une  ...   de Régulation professionnelle de la Publicité (ARPP) précise avoir été interrogée par un afficheur adhérent concernant le projet de l’affiche blonde et qu’elle a déconseillé cette publicité au motif que.. L’allégation présente dans l’accroche de cette affiche utilise un stéréotype (…) dégradant pour l’image de la femme blonde….. Conformément à la procédure mise en place avec l’Union de la Publicité Extérieure, cet avis a été adressé à l’ensemble des afficheurs membres de l’UPE.. Elle ajoute que si elle avait été interrogée sur l’affiche représentant le couple, elle aurait donné un avis favorable car celle-ci ne met pas en scène une quelconque situation qui serait dégradante pour l’image de la femme.. Image de la Personne Humaine.. de l’ARPP dispose :.. D’une façon générale, toute représentation dégradante ou humiliante de la personne humaine, explicite ou implicite, est exclue, notamment au travers de qualificatifs, d’attitudes, de postures (…) etc.. , attentatoires à la dignité humaine.. La publicité ne doit pas réduire la personne humaine, et en particulier la femme, à la fonction d’objet.. La publicité ne doit pas cautionner l’idée de l’infériorité d’une personne en raison de son appartenance à un groupe social, notamment en réduisant son rôle et ses responsabilités dans la société.. L’expression de stéréotypes, évoquant les caractères censés être représentatifs d’un groupe social, ethnique, etc.. , doit tout particulièrement respecter les principes développés dans la présente Recommandation.. La photo de ce visuel représente un homme jeune au physique séduisant, les cheveux en bataille et la main sur la tête dans une posture témoignant à la fois la perplexité et le découragement.. Le slogan.. a pour objectif, selon les explications de l’agence, d’instaurer une proximité entre la marque et une clientèle jeune et moderne, sensible à l’humour par l’utilisation décalée, s’agissant d’un homme brun, d’une expression stéréotypée concernant les femmes blondes.. Le Jury admet et ne met pas en doute que l’intention de l’agence est, par ce visuel, d’instaurer une universalité du qualificatif blonde comme étant déconnecté de la réalité et comme ayant désormais vocation à exprimer une idée d’incapacité à comprendre ou à résoudre une difficulté, que celle-ci soit réelle ou non et qu’elle soit éprouvée par un homme ou par une femme.. Il n’en demeure pas moins que ce procédé fait sien une expression qui, dans son sens premier, procède d’un stéréotype selon lequel les femmes blondes seraient irréfléchies et idiotes, stéréotype dévalorisant et dégradant pour les femmes en général car il n’existe aucune raison objective qui expliquerait que la couleur des cheveux puisse avoir une quelconque influence sur l’intelligence.. Il ne peut, par ailleurs, être considéré que le stéréotype est ici détourné ou utilisé dans un sens contraire à son sens primaire, pour mieux le combattre, puisqu’il est justement utilisé pour qualifier de façon générale l’incompréhension et l’incapacité à résoudre une difficulté.. L’appropriation de cette expression par la publicité, même lorsqu’elle est faite dans un esprit humoristique et sans intention particulière de stigmatiser une catégorie de population, ce qui n’est d’ailleurs pas dans l’intérêt de l’annonceur, contribue à perpétuer une idée préconçue qui ne repose sur aucun fondement et qui véhicule une image dévalorisée de la femme.. Elle constitue, selon le Jury, un manquement à la disposition précitée de la Recommandation Image de la personne humaine.. Cette affiche met en scène un homme torse nu dont le visage adopte une mimique décidée et volontaire, enlacé par une jeune femme blonde souriante.. Cette photo n’induit aucune idée de supériorité de l’homme sur la femme, le fait que celui-ci soit musclé ne permettant en rien d’induire l’idée que sa compagne lui serait inférieure ou soumise, ce que rien dans son attitude ne laisse présupposer.. Le slogan qui évoque une idée de répartition des tâches entre eux ne renvoie à aucun stéréotype sexiste, contrairement à ce que soutiennent les plaignants.. Il résulte de l’ensemble de ce qui précède que seule l’affiche au slogan.. ne respecte pas les dispositions de l’article 2 de la Recommandation.. Image de la personne humaine.. de l’ARPP.. Les plaintes sont partiellement fondées ;.. Le visuel Face à la technologie, on est tous un peu blonde de la campagne publicitaire de la société Darty ne respecte pas la disposition 1.. 1 de la Recommandation Image de la personne humaine de l’ARPP ;.. Il est demandé au Directeur général de l’ARPP de prendre toutes mesures de nature à assurer le non renouvellement de cette publicité ;.. La décision sera communiquée aux plaignants et aux sociétés Darty, MédiaTransports, BDDP, CBS Outdoor et Clear Channel France ;.. Elle sera publiée sur le site du Jury de déontologie publicitaire.. Lallet, Vice-Président, Mme Drecq, et MM.. Benhaïm, Depincé et Leers.. Pour visualiser les publicités DARTY, cliquez..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=399
    Open archive

  • Title: GLEEDEN - Affichage
    Descriptive info: GLEEDEN - Affichage.. GLEEDEN.. COM - 290/13.. Plaintes non fondées.. après avoir entendu les plaignants invités à la séance, en application de l’article 14 du règlement intérieur, ainsi que les représentants de la société MédiaTransports et de l’ARPP,.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi, entre les 10 et 21 octobre 2013, de plusieurs plaintes de particuliers, afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur d’une campagne publicitaire diffusée en affichage, en faveur du site internet Gleeden.. com proposant des rencontres extra conjugales sur internet.. Les visuels mis en cause montrent, sur un fond de couleur mauve, une pomme croquée en partie, accompagnée de l’une des phrases suivantes en accroche :.. -.. C’est parfois en restant fidèle qu’on se trompe le plus.. Tout le monde peut se tromper, surtout maintenant.. Par principe, nous ne proposons pas de carte de fidélité.. Les publicités sont signées du nom du site Gleeden.. com, suivi du slogan.. Le 1er site de rencontres extra-conjugales.. Dans leur ensemble les plaignants considèrent que ces publicités sont choquantes car elles incitent à l’adultère et sont contraires au principe de fidélité entre époux inscrit dans le code civil.. Ils indiquent que la campagne publicitaire de la société Gleeden contient des incitations et des encouragements aux comportements illicites qui peuvent être répréhensibles, car contraires à l article 212 du code civil.. Ces campagnes publicitaires, qui suscitent l’infidélité, sont, selon eux, une atteinte à la responsabilité sociale dans la représentation de la personne humaine (articles 2 et 4 du Code de la C.. C.. I).. Ils ajoutent que ces publicités ne respectent pas la Recommandation.. de l’ARPP, car elles proposent la commission d’un adultère pour illustrer auprès des consommateurs l’idée d’une liberté et pour promouvoir des services qu’elle distribue.. Ils ajoutent que la publicité du site Gleeden dégrade et humilie, en incitant à des attitudes attentatoires à la dignité humaine, qu’elle favorise le divorce, puisque l’infidélité est le premier motif de divorce des couples, et qu’ainsi cette publicité est génératrice de troubles sociaux.. Par ailleurs, les plaignants font valoir qu’il est contradictoire pour la RATP de permettre l’affichage de cette campagne tout en diffusant une campagne incitant au respect des règles du savoir-vivre et du civisme dans le métro.. Selon les plaignants, les communications récurrentes du site Gleeden bafouent de nombreux points du code ICC : l’article 2/ décence, l’article 3/ loyauté, l’article 4/ responsabilité sociale et l’article 5/ véracité, en ce que le service proposé occulte son illégalité intrinsèque et ses conséquences inéluctables.. Ils estiment qu’elles ne respectent pas les chartes du respect de la dignité de la personne humaine et du respect de l’enfant, édictées par l’ARPP.. Ils ajoutent qu’elles banalisent également une violence morale en faisant l’apologie de la duplicité et du mensonge, qu’elles sont de nature à inquiéter les enfants et qu’elles sont contraires à l’ordre public, puisque la fidélité exigée par l’article 212 du code civil est une règle d’ordre public et que les manquements à cette règle sont constitutifs de fautes civiles.. Ils insistent sur les effets dommageables des divorces sur les enfants.. L’annonceur, la société Black Divine LLC, fait valoir dans ses observations écrites que depuis la création de son site Internet en décembre 2009, Gleeden.. com s’est installée dans le paysage français et européen des sites de rencontres en ligne.. Il indique que la campagne publicitaire en  ...   dotée.. En vertu de l’article 3 de son règlement intérieur, qui définit son champ de compétences :.. Ses décisions concernent uniquement le contenu des messages publicitaires diffusés et ne portent, en aucun cas, sur les produits ou services concernés.. Il en résulte qu’il n’appartient pas au Jury de se prononcer, fût-ce de manière indirecte, sur la licéité, la validité et la conformité aux dispositions législatives ou réglementaires en vigueur des produits qui font l’objet des publicités contestées devant lui, cette prérogative appartenant aux seules juridictions.. Le site Gleeden.. com exploité par la société Black Divine est un site de rencontres en ligne, qui s’affiche comme proposant des rencontres extraconjugales.. Il résulte de ce qui a été précisé ci-dessus qu’il n’appartient pas au Jury d’apprécier si ce service commercial est licite.. Il constate au demeurant qu’à ce jour, aucune juridiction n’a ordonné la suspension ou l’arrêt des activités de la société Black Divine ou la fermeture du site Internet qu’elle exploite en raison d’un manquement aux lois et règlements ou d’un trouble à l’ordre public, et qu’aucune disposition législative n’interdit les services de cette nature ou la publicité pour les promouvoir.. Dans ces conditions, il ne saurait être utilement reproché à la campagne publicitaire litigieuse de faire la promotion de ce service.. En particulier, s’il est soutenu que ces publicités méconnaissent l’article 212 du code civil, qui institue une obligation de fidélité entre époux, ainsi que le principe de responsabilité sociale, en tant qu’elles incitent le public à l’infidélité, cette critique est en réalité dirigée contre le produit dont il est fait la promotion, point qui échappe à la compétence du Jury.. En outre, le Jury considère que, au regard de leur contenu propre, ces publicités ne méconnaissent pas les principes généraux du Code consolidé de la Chambre de Commerce Internationale sur les pratiques de publicité et de communication commerciale (code ICC), notamment les principes de légalité, de décence, de loyauté et de responsabilité sociale.. De même, elles ne sont pas contraires à la Recommandation.. de l’ARPP qui énonce à son article 1/1 que.. La publicité ne doit pas être susceptible de heurter la sensibilité, choquer ou même provoquer le public en propageant une image de la personne humaine portant atteinte à sa dignité et sa décenc.. e.. En effet, ces publicités ne proposent aucune photo qui pourrait être considérée comme indécente, ni d’incitation au mensonge où la duplicité contrairement à ce que soutiennent les plaignants, mais utilisent des évocations, des jeux de mots ou des phrases à double sens qui suggèrent la possibilité d’utiliser le service offert par le site Gleeden, tout un chacun étant libre de se sentir concerné ou pas par cette proposition commerciale.. Par ailleurs, les slogans ainsi libellés avec ambiguïté ne peuvent être compris avant un certain âge de maturité enfantine ; ils n’utilisent aucun vocabulaire qui pourrait, par lui-même, choquer les enfants.. Il résulte de l’ensemble de ce qui précède que la campagne publicitaire de la société Black Divine n’est pas contraire aux dispositions du Code consolidé de la Chambre de Commerce Internationale sur les pratiques de publicité et de communication commerciale ni aux dispositions de la Recommandation.. et de la Recommandation.. Enfant.. Les plaintes ne sont pas fondées ;.. La décision sera communiquée aux plaignants ainsi qu’aux sociétés Black Divine et MédiaTransports ;.. Benhaïm, Carlo, Depincé et Leers.. Pour visualiser les publicités GLEEDEN, cliquez..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=400
    Open archive

  • Title: PAMPERS - Internet
    Descriptive info: PAMPERS - Internet.. PAMPERS - 287/13.. Plainte rejetée.. après avoir entendu les représentants des sociétés Procter Gamble France et Magicmaman,.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi, le 15 octobre 2013, d’une plainte de particuliers se réclamant de l’association Initiative citoyenne, afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur d’une vidéo publicitaire, diffusée sur le site Dailymotion.. com, en faveur de la société Procter Gamble France pour son programme en matière de vaccination contre le tétanos.. La vidéo mise en cause se présente comme une interview, par le site Magicmaman.. com, de la chanteuse Jenifer, marraine de la campagne 2013 de l’UNICEF sur la lutte contre le tétanos, en partenariat avec Pampers.. Ses propos se concluent par la phrase.. Achetez un paquet de Pampers parce que ça sauve automatiquement une vie.. L’association plaignante fait valoir que cette publicité est trompeuse au regard des données acquises et actuelles de la science.. La vaccination antitétanique n’est pas une protection automatique contre la morbidité et la mortalité, puisqu’on peut développer la maladie en ayant été vacciné et en ayant des anticorps.. Partant, la chanteuse Jenifer contribue à une publicité ouvertement trompeuse en faveur de la firme Pampers et indirectement de la vaccination en général.. L’association plaignante renvoie à un site internet qui démontre le caractère dangereux et répréhensible de ce genre de publicité désinformatrice et irresponsable dans un domaine aussi sensible que celui de la santé.. L’association plaignante relève également que cette présentation des prétendus bénéfices de la vaccination anti-tétanique de façon trop absolue, tout en taisant complètement ses risques, est de nature à induire le consommateur en erreur, en méconnaissance des articles 3 et 5 du Code de la Chambre de Commerce Internationale.. Elle renvoie à cet égard à la décision rendue par le Jury d’Ethique Publicitaire en Belgique, le 9 novembre 2011, dans un cas très similaire.. L’annonceur, la société Procter Gamble France, fait valoir que contrairement à ce qu’affirment les plaignantes, il ne s’agit pas d’une publicité sous forme de publi-reportage mais seulement d’une interview de la chanteuse Jenifer réalisée par un journaliste indépendant.. En vertu du principe de liberté d’expression et de liberté de la presse, Procter Gamble n’a eu aucun droit de regard concernant le contenu de cette interview, qu’il n’a pas sollicité ni financé.. Il ne s’agit donc pas d’un film publicitaire destiné à promouvoir la vente de ses produits.. Après visionnage attentif de cette interview vidéo et lecture de sa transcription sur le forum de Magicmaman, l’annonceur relève que la phrase faisant l’objet de la plainte.. Achetez un paquet de Pampers car cela sauvera AUTOMATIQUEMENT une vie.. est introuvable.. Les mots exacts de la chanteuse sont.. En achetant un paquet de Pampers, c’est un vaccin pour la maman qui protègera automatiquement son enfant si elle le fait vacciner.. , ce qui est évidemment très différent.. Cette affirmation est confirmée par l’UNICEF qui indique qu’.. un enfant dont la mère a été vaccinée contre le tétanos (maternel et néonatal) est aussi protégé contre la maladie au cours des premiers mois de sa vie.. - c est-à-dire pendant la période la plus critique et à laquelle cette maladie se révèle mortelle.. De fait, selon l’OMS, le tétanos a été éliminé dans 30 pays sur les 59 initialement ciblés par l’UNICEF et le soutien de Pampers a contribué à éliminer la présence de cette maladie dans 10 pays.. Selon la société Procter Gamble, la plainte remet en question, de manière bien plus générale, le bien fondé de la campagne de vaccination contre le tétanos maternel et néonatal menée par l’UNICEF, ce qui conduit l’annonceur à s’interroger sur la compétence du JDP pour juger de cette question, qui devrait relever des organismes de santé.. La vaccination est considérée par l’UNICEF comme un moyen efficace de lutte contre le tétanos maternel et néonatal.. Le site internet de l’UNICEF consacre de nombreux articles pour démontrer l’utilité de la vaccination qui y est considérée comme un droit à la vie.. A ce titre, les messages véhiculés par Jenifer dans son interview ainsi que les campagnes publicitaires de Procter Gamble visant à promouvoir ce partenariat sont parfaitement en ligne avec les principes de déontologie publicitaire.. Le groupe Marie-Claire, responsable du site Magicmaman.. com, fait valoir que la vidéo en cause n’est en aucun cas un publi-reportage ou une publicité déguisée de la marque  ...   diffuse régulièrement des publicités sur le site Magicmaman.. com.. Enfin, l’interview litigieuse, dans la version visée par la plainte, comporte de multiples allusions à Pampers et se conclut par un gros plan de la chanteuse déclarant :.. Elle vise ainsi principalement à influencer le comportement des consommateurs de couches en les incitant à porter leur choix sur la marque Pampers pour des raisons humanitaires.. Dans ces conditions, et même si le dossier ne fait pas ressortir l’existence d’un lien financier direct entre la société Procter Gamble et le site Magicmaman.. com pour la diffusion de cette vidéo, le Jury considère qu’elle doit être regardée comme une communication commerciale au sens du code ICC.. La présente plainte est donc recevable.. Le Jury rappelle qu’en vertu de l’article 3 du code ICC relatif au principe de loyauté :.. La communication commerciale doit être conçue de manière à ne pas abuser de la confiance des consommateurs ou à ne pas exploiter le manque d’expérience ou de connaissance des consommateurs.. / Tout facteur pertinent susceptible d’influencer la décision des consommateurs doit être signalé d’une manière et à un moment qui permettent aux consommateurs de le prendre en considération.. En vertu de l’article 5 relatif au principe de véracité :.. La communication commerciale doit être véridique et ne peut être trompeuse.. La communication commerciale ne doit contenir aucune affirmation, aucune assertion ou aucun traitement audio ou visuel qui soit de nature, directement ou indirectement, par voie d’omissions, d’ambiguïtés ou d’exagérations, à induire en erreur le consommateur….. Le Jury relève que, dans la version visée par la plainte, l’interview se conclut par la phrase :.. Il n’appartient pas au Jury de déontologie publicitaire de s’immiscer dans des controverses d’ordre scientifique et de trancher des débats sur des questions sanitaires, mais seulement d’apprécier la conformité des publicités aux règles déontologiques en vigueur.. En l’espèce, il constate que la publication Le Tétanos en France en 2005-2007 diffusée par l’Institut national de veille sanitaire indique que le vaccin antitétanique est d’une.. efficacité et d’une innocuité quasi parfaites.. , et que le guide des vaccinations 2012 de l’Institut national de prévention et d’éducation en santé de 2012 fait état d’une.. innocuité et d’une efficacité parfaites.. Les pouvoirs publics ont d’ailleurs, de longue date, rendu obligatoire le vaccin contre le tétanos en France.. Il ressort, en outre, des allégations non contestées de la société Procter Gamble que la distribution des vaccins a permis d’éradiquer la maladie dans un grand nombre de pays.. Dans ces conditions, l’affirmation selon laquelle ce vaccin sauve des vies ne saurait être regardée comme déloyale ou trompeuse.. Le Jury observe certes que, selon les mots employés dans la version litigieuse de l’interview, qui n’apparaissent toutefois plus dans la retranscription à laquelle a procédé Magicmaman, le vaccin contre le tétanos sauverait automatiquement la vie de l’enfant qui en bénéficierait, le cas échéant via la vaccination de sa mère.. Or, on ne peut exclure que, dans certains cas, la maladie puisse se développer chez une personne vaccinée, notamment, dans un contexte sanitaire moins favorable qu’en France.. Il considère toutefois que cette commodité de langage n’est pas, en l’espèce, de nature à induire en erreur le public dans la mesure où, d’une part, elle émane d’une chanteuse et non d’un médecin ou d’une personnalité faisant autorité dans le domaine médical ou scientifique, et, d’autre part, elle s’inscrit dans un long entretien dans lequel cette chanteuse livre, par un propos d’apparence spontanée, son propre point de vue sur la question, en tant que mère de famille, en faisant part de ses propres interrogations et sans prétendre maîtriser entièrement ce sujet.. A cet égard, elle précise qu’on peut légitimement hésiter à administrer certains vaccins à son enfant, de sorte que les risques associés à la vaccination en général ne sont pas occultés.. Dans ces conditions, le Jury estime que cette publicité n’est pas contraire aux dispositions des articles 3 et 5 du Code consolidé de la Chambre de Commerce Internationale sur les pratiques de publicité et de communication commerciale.. La plainte est rejetée ;.. La publicité litigieuse est conforme aux dispositions des articles 3 et 5 du Code consolidé de la Chambre de Commerce Internationale sur les pratiques de publicité et de communication commerciale ;.. La décision sera communiquée aux plaignants et aux sociétés Procter Gamble France, Magicmaman et Dailymotion ;.. Pour visualiser la publicité PAMPERS, cliquez..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=401
    Open archive

  • Title: PLAN FRANCE - Affichage
    Descriptive info: PLAN FRANCE - Affichage.. PLAN FRANCE - 288/13.. après avoir entendu les représentants de l’association Plan France, de la société MédiaTransports, ainsi que de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité,.. et après en avoir délibéré hors la présence des parties et de l’ARPP,.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi, le 15 octobre 2013, d’une plainte de la Fédération Total respect, afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur d’une publicité diffusée en affichage, à l’initiative de l’organisation humanitaire Plan France, dénonçant le phénomène du mariage précoce.. Elle montre une petite fille et un garçon plus âgé se tenant la main.. Leur couleur de peau est foncée et ils portent des habits orientaux.. Le texte accompagnant cette image est.. Avoir un mari plus tard, c’est un rêve de petite fille.. Pour certaines, plus tard arrive bien trop tôt.. La Fédération Total respect, qui affirme être solidaire des objectifs affichés par l’annonceur, fait valoir que cette publicité véhicule des clichés sexistes, homophobes, racistes et néocoloniaux.. Sexistes en ce qu’elle fait du mariage l’horizon indépassable de l’accomplissement des femmes et en ce qu’elle laisse entendre que les garçons ne rêveraient pas, eux, d’avoir un mari plus tard.. Racistes et néocoloniaux en ce que cette publicité désigne implicitement les parents comme prisonniers de cultures supposément arriérées et invite le public occidental à venir au secours de peuples présentés comme inférieurs.. L’association Plan France, annonceur, se dit surprise par cette plainte.. Elle rappelle le contexte et l’objectif de la campagne de sensibilisation qu’elle a lancée à l’occasion de la Journée internationale des filles.. Elle travaille depuis 75 ans pour améliorer les conditions de vie des enfants et défendre les droits de ceux qui sont le plus marginalisés.. Des études menées depuis 2007 ainsi que les constats de ses équipes sur le terrain montrent que les filles font partie de ces enfants les plus vulnérables car elles sont victimes de très nombreuses discriminations tout au long de leur vie (absence de soins, violences sexuelles, exploitation, mariages précoces et forcés…).. Cette année, Plan France a choisi pour sa campagne 2013 de mettre l’accent et de dénoncer les mariages précoces dont sont victimes chaque année 14 millions de filles dans le monde et qui constituent l’un des freins majeurs à l’accès des filles à l’éducation.. Le message écrit.. avoir un mari plus tard c’est un rêve de petite fille.. fait référence à un schéma de pensée de notre société où beaucoup de petites filles imaginent qu’elles se marieront quand elles seront grandes.. Le terme un a été volontairement employé et non pas le rêve de petite fille pour ne pas généraliser et affirmer que se marier serait l’unique rêve d’une petite fille.. L’association réfute ainsi l’idée qu’elle cautionnerait un modèle social (celui du mariage pour toutes les filles et celui du mariage avec une personne du sexe opposé) et qu’elle stigmatiserait ou dénigrerait des cultures.. Elle précise que les photos, prises par une professionnelle reconnue, n’ont fait l’objet d’aucun montage.. Ce visuel a d’ailleurs  ...   de valeurs propre à ces pays.. Or, comme le montre la Déclaration universelle des droits de l’homme, ces droits sont communs à l’ensemble de l’humanité.. L’Autorité de Régulation professionnelle de la Publicité (ARPP) indique avoir été sollicitée dans le cadre de la procédure de conseil préalable.. Elle a estimé que ce visuel était conforme aux dispositions déontologiques en vigueur et a fait l’objet d’une validation, sans réserves.. Le Jury rappelle que, selon la Recommandation I.. mage de la Personne Humaine.. de l’ARPP :.. 1-3.. 2-1.. 2-4.. La publicité ne peut valoriser, même indirectement, des sentiments ou des comportements d’exclusion, d’intolérance ou de racisme.. En outre, la Recommandation.. dispose en son point 1 que :.. La publicité doit éviter avec le plus grand soin de faire appel, même indirectement, au sectarisme ou au racisme.. et en son point 2 que :.. Toute allusion, même humoristique, à une quelconque idée péjorative ou d’infériorité liée à l’appartenance à une ethnie ou à une religion doit être bannie.. Le Jury relève que la publicité mise en cause a pour objectif de sensibiliser le public au problème des mariages précoces qui touchent plus particulièrement les pays en développement, notamment l’Inde, l’Afghanistan, l’Ethiopie, le Népal et le Yémen.. Contrairement à ce que soutient l’association plaignante, la seule mention selon laquelle le mariage serait.. un rêve de petite fille.. n’induit nullement l’idée que toutes les filles concevraient le rêve de se marier, que les femmes ne pourraient s’épanouir que dans le mariage ou encore qu’aucun garçon n’envisagerait, une fois adulte, de s’unir à un homme.. Elle traduit seulement les pensées d’un certain nombre de jeunes filles, en écho au visuel qui représente l’une d’elles le jour de son mariage.. En aucun cas cette publicité ne peut donc être regardée comme véhiculant des stéréotypes sexistes ou homophobes.. De même, si elle dénonce les mariages précoces et leurs conséquences dramatiques sur l’éducation des jeunes filles, l’affiche ne porte aucun jugement de valeur sur les enfants, dont le visage est impassible, ou sur leurs parents, auxquels il n’est fait aucune allusion, et n’affirme en rien que cette pratique serait inhérente à une origine ethnique supposément inférieure.. Elle se fait seulement l’écho d’une réalité qui touche essentiellement des pays du sous-continent indien ou de la Corne de l’Afrique, ce qui n’est pas contesté.. Ainsi, loin de faire appel au racisme, de stigmatiser ou de dénigrer une population ou une ethnie, cette publicité vise au contraire à sensibiliser le public français à ce phénomène et à susciter son adhésion à la démarche de l’association Plan France qui soutient les personnes qui en sont victimes.. Il résulte de l’ensemble de ce qui précède que la publicité de Plan France est conforme aux dispositions des Recommandations.. et.. La publicité de Plan France est conforme aux dispositions des Recommandations Image de la Personne Humaine et Races, religions, ethnies ;.. La décision sera communiquée à la Fédération Total Respect, à l’association Plan France, à la société MédiaTransports et à l’agence CLM-BBDO ;.. Pour visualiser la publicité PLAN FRANCE, cliquez..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=402
    Open archive

  • Title: WINEANDCO.COM - Presse
    Descriptive info: COM - Presse.. Wineandco.. com - 289/13.. Plainte non fondée.. le plaignant et l’annonceur avertis de la date de la séance par lettre recommandée avec avis de réception du 7 novembre 2013, ne s’y étant pas présentés ;.. et, après en avoir délibéré,.. Le Jury de Déontologie Publicitaire a été saisi, le 21 mai 2012, d’une plainte d’un particulier, afin qu’il se prononce sur la conformité aux règles déontologiques en vigueur d’une offre publicitaire diffusée en presse, dans l’hebdomadaire L’Express, en faveur du site Wineandco.. com, qui constitue une enseigne de distribution de vins en ligne.. La publicité mise en cause présente des bouteilles de vin, accompagnées de mentions annonçant une.. offre exclusive.. , des.. ventes privilèges ….. maxi promos sur la cave ….. Le plaignant fait valoir que cette publicité est mensongère.. Selon lui, la réduction de 50% annoncée n’est pas respectée car le prix de vente proposé par le site Wineand.. co est en fait supérieur à celui pratiqué par le producteur.. L’annonceur, la société Wine and Co, explique que le dossier transmis s appuie sur un visuel publicitaire qui concerne une Vente Privée "Maxi Promos sur la Cave" du 25 avril 2012 (n 526) dans laquelle le vin cité par le lecteur (Mordorée Lirac Reine des Bois rouge 2009) n était pas proposé à la vente.. Selon l’annonceur, la vente à laquelle le plaignant fait référence est une vente privée spécial Rhône de fin février 2012 (n 482) qui spécifiait que les promotions proposées aux clients allaient "jusqu à 50%" et non que tous les vins étaient proposés à - 50%.. Il précise enfin que les réductions annoncées s’appliquent non pas au prix pratiqué par le producteur, mais au prix dit caviste qui est  ...   constater que la publicité qu’il critique est différente de celle pour laquelle la société qui exploite le site en ligne Wineandco a transmis des pièces justificatives.. Selon ces pièces, la publicité annonçait des.. Maxi promos sur la cave – 30%, -40%,- 50%.. et la liste des vins offerts indiquait pour celui que le plaignant souhaitait acquérir (Domaine de la Mordorée Lirac Reine des Bois rouge 2009) un prix de 16,90 euros la bouteille au lieu de 20 euros correspondant, selon les explications de l’annonceur, au prix "caviste", soit une réduction de 15,5 %.. Il ressort de l’examen de cette liste que d’autres bouteilles (Haut Musiel 2008 et Fruiandise 2011) étaient offertes avec une réduction de prix de 50 % par rapport au tarif caviste, d’autres étant proposés avec des remises réparties entre 11 % pour la plus faible et 52 % pour la plus élevée.. Enfin, aucune mention de la publicité litigieuse ne laisse entendre que les réductions annoncées porteraient sur le prix des bouteilles tel qu’il est pratiqué par le producteur lui-même.. Il résulte de l’ensemble de ce qui précède que la publicité litigieuse ne peut être regardée comme contraire aux dispositions des articles 3 et 5 du Code consolidé de la Chambre de Commerce Internationale sur les pratiques de publicité et de communication commerciale.. Le Jury précise qu’il ne lui appartient pas d’apprécier si la remise annoncée a effectivement été consentie au plaignant, ce point n’étant pas démontré et relevant, le cas échéant, d’un litige contractuel.. La plainte n’est pas fondée.. La décision sera communiquée au plaignant et aux sociétés Wine and Co et l’Express ;.. Elle sera publiée sur le site internet du Jury de déontologie publicitaire.. Pour visualiser la publicité WINEANDCO.. COM, cliquez..

    Original link path: /spip.php?page=prnt_art&id_article=403
    Open archive

  • Title: Le JDP, Le Jury de Déontologie Publicitaire
    Descriptive info: Page :.. 0.. 10.. 20.. 30.. 40.. 50.. 60.. 70.. 80.. |.. AUTO PLUS - Presse.. (28 novembre 2013).. MITSUBISHI - Internet.. (23 octobre 2013).. SHERWOOD ARCHERIE - Presse.. AVATACAR.. COM - Affichage.. INFO KBIS - Publipostage.. DEFOLY.. ROXY - Internet.. COMME J’AIME - Radio.. HYUNDAI - Presse.. NISSAN LEAF - Internet..

    Original link path: /spip.php?page=historique&debut_articles=10
    Open archive

  • Title: Le JDP, Le Jury de Déontologie Publicitaire
    Descriptive info: SYSTEME U - Télévision - Presse - Internet.. (26 septembre 2013).. ISLA DELICE - Affichage.. (18 septembre 2013).. SMEREP - Internet et cinéma.. HONDA - Internet.. LOTUS - Télévision.. OPEL AMPERA - Internet.. RENAULT ZOE - Internet.. BOLLORE BLUE CAR - Internet.. CITROEN C ZERO - Internet.. NAUTILUS - Presse.. (30 août 2013)..

    Original link path: /spip.php?page=historique&debut_articles=20
    Open archive

  • Title: Le JDP, Le Jury de Déontologie Publicitaire
    Descriptive info: AUTO+ - Presse.. MIR VAISSELLE - Internet.. (21 août 2013).. ETABLISSEMENTS JOSEPH - Publipostage.. (26 juin 2013).. GRILL O’BOIS - Affichage.. FO-YAM - Catalogue.. PLUS 500 - Internet.. MARKETS.. COM - Internet.. AVA FX - Internet.. FXCM - Internet.. Espace Killy.. (23 mai 2013)..

    Original link path: /spip.php?page=historique&debut_articles=30
    Open archive

  • Title: Le JDP, Le Jury de Déontologie Publicitaire
    Descriptive info: PS Vita.. SOS Enfants Syrie.. Enchère VIP - Internet.. Cuirs Guignard - Presse.. (24 avril 2013).. Vicomte Arthur - Catalogue/Internet.. Fondation Jerome Lejeune - Presse.. (13 février 2013).. Keep Cool - Affichage.. IDF Assistance Magny Les Hameaux - Publipostage.. IDF Assistance Villabé - Publipostage.. Seat MII - Affichage.. (12 février 2013)..

    Original link path: /spip.php?page=historique&debut_articles=40
    Open archive

  • Title: Le JDP, Le Jury de Déontologie Publicitaire
    Descriptive info: 90.. Allo Resto - Internet.. (16 janvier 2013).. Brasserie Bowling de Gramont et Bowling Karting de Montaudran - Affichage.. Culture Indoor - Internet.. France Assistance - Publipostage.. Union - Affichage.. Actis - Internet.. (19 décembre 2012).. AGA France - Presse.. LESBLOGSMEDIAS.. fr - Internet.. EnchèreVIP - Internet.. Dassy - Internet..

    Original link path: /spip.php?page=historique&debut_articles=50
    Open archive





  • Archived pages: 685